Beta Version

À Ramallah, le diocèse célèbre l’anniversaire du Pape François

Publié le: December 18 Wed, 2019

RAMALLAH – Le mardi 17 décembre, en l’église de la Sainte-Famille de Ramallah, une messe a été célèbrée à l’occasion de l’anniversaire du Pape François. La célébration, qui a réuni plusieurs évêques du diocèse de Jérusalem, s’est tenue en présence d’officiels palestiniens directement impliqués dans les Affaires religieuses.

Une délégation du Patriarcat latin s’est rendue le mardi 17 décembre à la Paroisse de Ramallah afin d’y célébrer une messe en l’honneur du Pape François, qui fêtait ce jour-là ses 83 ans.

Pas moins de cinq évêques du diocèse ont fait le déplacement, accueillis par le curé de la paroisse de la Sainte-Famille à Ramallah, le père Jamal Khader, également Directeur des écoles du patriarcat latin en Palestine.

S.E Mgr Leopoldo Girelli, délégué apostolique pour Jérusalem et la Palestine et Nonce apostolique pour Israël et Chypre, a présidé la messe, entouré de Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin, de Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, Vicaire patriarcal pour Jérusalem et la Palestine, Mgr Kamal Bathish, évêque émérite, ainsi que le père Rafic Nahra, Vicaire patriarcal pour les catholiques hébréophones. Le Custode de Terre Sainte, Francesco Patton, l’évêque grec-catholique de Saint-Jean d’Acre, Mgr Youssef Matta, et le Vicaire patriarcal émérite grec-catholique pour Jérusalem, Mgr Jules Joseph Zerey, ont également concélébré la messe. Le Patriarche latin émérite, SB Michel Sabbah, a lui aussi assisté à la célébration eucharistique.

Dans son homélie, prononcée partiellement en anglais, le père Jamal Khader a évoqué les souffrances et les injustices qui pèsent sur le Proche-Orient, qui nous poussent à perdre espoir quant à un avenir meilleur fait de justice et de paix, nous donnant le sentiment parfois que les « choses » comptent plus que les Hommes. « Nous savons que Dieu est avec nous. Noël est la Bonne Nouvelle de la naissance d’Emmanuel, qui signifie, « Dieu avec Nous » » a souligné le Père Khader ». Et de poursuivre : « Nous gardons espoir car nous savons que Dieu ne nous abandonnera jamais ». Le curé de Ramallah a bien évidemment fait une place dans son discours au Pape François, « le chef de notre Eglise, qui nous rappelle la Bonne Nouvelle de l’Evangile ; qui nous rappelle que les pauvres ont la priorité dans notre mission, comme c’était le cas pour Jésus lui-même, et que les Hommes ont plus d’importance que l’accumulation des richesses ».

Une réception a ensuite été donnée dans la salle des fêtes de la Paroisse, où plusieurs personnalités ont pris la parole tour à tour devant l’assemblée présente à la messe. Sur une estrade flanquée des drapeaux de la Palestine et du Saint-Siège, M. Issa Kassissieh, diplomate et ambassadeur de Palestine au Vatican, a souligné les rapports « fraternelles » que le Président de l’Autorité palestinienne et le peuple palestinien entretiennent avec le Pape François. Il a en outre mentionné la relation « historique » entre le Vatican et l’Etat de Palestine, qui selon lui, « a culminé avec le soutien du Saint-Siège au peuple palestinien et à sa juste cause à de nombreuses occasions », et a remercié l’Eglise catholique pour sa contribution au développement des institutions éducatives et médicales palestiniennes, qualifiant celle-ci de « partenaire dans la construction de notre Etat ».

SE Mgr Leopoldo Girelli a consacré son intervention à la politique extérieure vaticane et aux relations que le Saint-Siège entretient avec l’Etat de Palestine, soulignant la volonté du Pape de « rester proche du gouvernement palestinien ». Il a mis en avant une diplomatie du « soft power », qui vise à persuader et à attirer l’attention sur les aspects humanitaires, religieux et éthiques relatifs aux questions qui affectent la vie des citoyens de ce monde, au premier rang desquels la paix qui, selon les mots du délégué apostolique pour Jérusalem, est « la préoccupation principale de tous les êtres humains à toutes les époques ».  Leopoldo Girelli a également évoqué le défi auquel fait face la Palestine, comme bien d’autre pays, de trouver l’équilibre entre la préservation de l’identité majoritaire d’une part, et le respect des droits et libertés des minorités de l’autre.

Ramzy Khoury, président du haut comité présidentiel pour les Affaires religieuses, a également pris la parole.

Les élèves de l’école des Soeurs du Rosaire, venues de Beit Hanina, avaient pour l’occasion préparé une représentation. Une chorale, composée uniquement de jeunes filles, a entonné des chants de Noël dans différentes langues, dont le français, tandis qu’un autre groupe de filles en tenues de Père Noël a présenté un spectacle de danse.

Geoffroy Poirier-Coutansais