Beta Version

Basilique du Saint-Sépulcre : la cartographie du sol a commencé

Publié le: February 11 Tue, 2020

Basilique du Saint-Sépulcre : la cartographie du sol a commencé Available in the following languages:

JERUSALEM – Il y a quelques jours a commencé la cartographie du sol de la Basilique du Saint-Sépulcre. Le travail est réalisé par le Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine Culturel (CCR) « La Venaria Reale », de Turin, et le Département des Sciences de l’Antiquité de l’Université La Sapienza, de Rome.

 

L’engagement des deux institutions universitaires italiennes s’inscrit dans le cadre d’un accord signé entre les trois grandes communautés chrétiennes de Terre Sainte1, gardiennes de la basilique et responsables du statu quo au sein du Saint-Sépulcre. Sur la base de cet entente entre les principales confessions chrétiennes, la Custodie de Terre Sainte a signé en octobre dernier un accord de collaboration avec le Ccr de La Vernaria Reale à Turin et le Département des Sciences de l’Antiquité de l’Université La Sapienza à Rome. Les deux organismes universitaires italiens s’engagent ainsi à réaliser une étude historico-archéologique approfondie de l’état actuel du sol de la basilique du Saint-Sépulcre, afin d’établir, à une date ultérieure, un projet exécutif des travaux de restauration qui pourraient être nécessaires.

La première étape de ce travail est la cartographie du sol, une opération qui consiste à photographier l’ensemble du pavement de la basilique par balayage laser, en le retravaillant numériquement “pierre par pierre”. Se confiant au micro du “Christian Media Center“, l’architecte palestinien Osama Hamdam de l’Université Al Quds de Jérusalem, qui travaille sur le projet, a expliqué comment la deuxième phase du programme est fondamentalement structurée dans l’analyse du document cartographique afin d’évaluer “l’état de conservation, c’est-à-dire la dégradation qu’a subi chaque dalle du sol”. Cela permettrait également d’étudier le type de matériau et l’origine, c’est à dire la provenance du matériau avec lequel le sol de la basilique a été fabriqué. »

Outre la grande valeur accordée à la préservation du Saint-Sépulcre en tant que bien culturel, ce projet est d’une grande importance pour la sécurité de la basilique, et donc pour la sécurité des visiteurs, dont le nombre a augmenté de manière exponentielle au cours de l’année dernière.

Filippo De Grazia

1 Patriarcat grec-orthodoxe, Custodie de Terre Sainte et Patriarcat arménien