Beta Version

Domus Galilaeae : Mateo Álvarez Serna, nouveau diacre du Séminaire Redemptoris Mater

Publié le: December 10 Tue, 2019

Domus Galilaeae : Mateo Álvarez Serna, nouveau diacre du Séminaire Redemptoris Mater Available in the following languages:

KORAZIM – Le samedi 7 décembre, dans la Domus Galilaeae, le séminariste colombien Mateo Álvarez Serna a été ordonné diacre au cours d’une cérémonie présidée par Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem.

“Tu seras toujours un serviteur du Seigneur et un instrument de salut”

“Avoir un cœur toujours plein d’espérance” ; “ne jamais s’imaginer que le but est déjà atteint, mais retourner au Jourdain” pour renouveler la conversion ; “être capable de percevoir la présence et l’Œuvre du Seigneur dans toute son histoire” ; et avec une persévérance concrète, “donner de la place à la parole du salut qui vous grandit et vous transforme en ce serviteur dont l’Église a besoin”.

Telles sont, en résumé, les exhortations et vœux adressés par Mgr Pizzaballa à Mateo Álvarez Serna, à l’occasion de son ordination diaconale, célébrée l’après-midi du samedi 7 décembre, dans l’église de la Domus Galilaeae, sur le Mont des Béatitudes.

Mateo est le quinzième ordonné du Redemptoris Mater de Galilée, un séminaire missionnaire ouvert également aux candidats maronites (prêtre déjà ordonné) et gréco-catholiques, et il exercera son ministère diaconal à Copper en Galilée.

D’origine colombienne, âgé de vingt-sept ans, il a obtenu une licence en théologie sacrée l’année dernière et a vécu son expérience pastorale dans la paroisse latine d’Eilat et dans la cathédrale syro-catholique d’Egypte.

Ses huit années de formation au Séminaire ont été enrichies de l’expérience spirituelle et humaine vécue, conformément aux statuts des Séminaires Redemptoris Mater, dans l’itinéraire de foi du Chemin Néocatéchuménal. C’est pourquoi, outre les séminaristes et les prêtres du Patriarcat latin, les frères des communautés néocatéchuménales d’Eilabun, de Haïfa, de Shefa’mer, ainsi que les frères qui servent dans la Domus Galilaeae, étaient présents à l’ordination.

Dans son homélie, centrée sur les lectures du deuxième dimanche de l’Avent, Mgr Pizzaballa a souligné le lien solide entre le prophète Elie et Jean-Baptiste, entre l’Ancien et le Nouveau Testament, soulignant l’importance de voir l’unité dans toute notre histoire de rédemption, qui est aussi notre histoire personnelle. « L’histoire du salut n’est pas double, elle est une » a dit l’Administrateur Apostolique. Il y a un fil conducteur qui relie la Genèse à l’Apocalypse, et même à nos jours. Puis, s’adressant à Matthieu, il l’a exhorté à reconnaître ce fil que Dieu a placé sur son chemin, depuis le commencement jusqu’à aujourd’hui, pour percevoir la présence du Seigneur dans toutes les circonstances de la vie, ce qu’Il accomplie et ce qu’Il continuera d’accomplir.

“Nous parlons toujours de notre persévérance, mais nous devons aussi parler de la persévérance de Dieu à notre égard. Il est patient, respecte toujours notre liberté, Il est constamment dans l’attente. Pendant l’Avent nous attendons la venue de Dieu, mais il y a aussi un Avent dans lequel Dieu attend notre réponse.

“Dans notre vie, nous attendons nos petits saluts. Nous avons nos petits espoirs de succès, espoirs d’obtenir quelque chose, de faire qui sait quoi” – a observé Mgr Pizzaballa au cours de son homélie. Il a souhaité à Matthieu un cœur toujours rempli d’une vraie et grande espérance, “qui a le goût de l’éternité et qui, quelle que soit ton expérience, même là où il y aura de la désolation, te permettra de voir l’œuvre de Dieu”.

L’Administrateur Apostolique a conseillé au nouveau diacre de ne jamais considérer son but comme étant déjà atteint : “Tu devras toujours te convertir, retourner au Jourdain, demander pardon pour tes péchés et faire l’expérience du salut. L’expérience acquise doit être renouvelée chaque jour, “avec patience et persévérance. Il ne s’agit pas ici d’un sentiment, mais d’une attitude qui implique des gestes concrets : il faut avoir, chaque jour, un moment pour le Seigneur, et ainsi faire de la place dans son cœur pour cette parole de salut qui va grandir, nourrir votre vie, et faire de vous ce serviteur dont l’Église a besoin. Partout où tu iras, tu seras toujours un serviteur du Seigneur et un instrument de salut pour tant de personnes qui, à travers toi, feront l’expérience du salut dans le Christ ».

L’assemblée, très émue, a accompagné la liturgie de l’ordination diaconale : les questions sur la prise d’engagement du candidat, les litanies des saints, l’imposition des mains et la prière de consécration, la couverture avec l’étole et la dalmatique, puis la remise du livre des Évangiles, et finalement la dernière exhortation qui résume et scelle l’appel à l’unité entre foi et vie : “Crois toujours en ce que tu proclames, enseigne ce que tu as récité”.

Sara Fornari, journaliste.