« Il persiste une forme de confinement mental » : Saint Pierre-en-Gallicante rouvre ses portes et parie sur le « dé-confinement des esprits »

Par: Geoffroy Poirier-Coutansais/LPJ - Publié le: June 05 Fri, 2020

« Il persiste une forme de confinement mental » : Saint Pierre-en-Gallicante rouvre ses portes et parie sur le « dé-confinement des esprits » Available in the following languages:

JERUSALEM Saint Pierre-en-Gallicante a finalement rouvert ses portes aux pèlerins et touristes le lundi 1er juin. Si l’enjeu est risqué au plan financier - la reprise des vols internationaux n’ayant pas encore été décidée par le gouvernement -, les Augustins et Oblates de l’Assomption ont décidé de relever le défi, faisant le pari du « dé-confinement mental » indispensable à une reprise réelle des activités. 

Voici cinq jours que le site de Saint Pierre-en-Gallicante a rouvert ses portes, après deux mois et demi de fermeture imposée par les autorités civiles en raison de la crise sanitaire et des risques de propagation du COVID-19. Les Augustins et Oblates de l’Assomption, qui animent le Lieu Saint depuis sa création, reprennent ainsi progressivement la mission qui les a conduits en Terre Sainte : l’accueil des pèlerins. 

« Nous avons fait le pari, certes risqué, de rouvrir nos portes le 1er juin », confie Fr Cézar, économe de Saint Pierre-en-Gallicante depuis presque trois ans. « Je parle de risque car les vols internationaux n’ont pas encore repris, que seuls quelques locaux sont venus depuis la réouverture et que nous n’avons à ce jour que très peu de visibilité sur ce dont serait fait l’avenir proche ». A noter que la réouverture s’accompagne du retour de la plupart des employés du site, y compris ceux qui travaillent directement auprès des visiteurs, alors que ces derniers sont très peu nombreux pour l’instant.

« J’ai annoncé aux employés que la réouverture avait un prix, et que nous serions obligés de réduire les heures de tout le monde » précise l’économe. « C’est un compromis indispensable pour maintenir l’équilibre financier. Revenir aux mêmes emplois du temps qu’avant la crise, alors que la situation est loin d’être totalement normalisée, nous conduirait tout simplement à réduire encore plus le nombre des collaborateurs ».   

« La réouverture est avant tout symbolique » confie Cyril, volontaire sur le site depuis septembre dernier. « C’est la vocation de Saint Pierre que d’accueillir les gens, d’où qu’ils viennent. Même si les visiteurs sont extrêmement rares pour le moment, et qu’il faudra sans doute attendre septembre pour constater une reprise complète de l’accueil des pèlerins, il est important de montrer que le site est ouvert. Ceci pourrait d’ailleurs ouvir la voie et participer au dé-confinement des esprits ».

« Le confinement physique est certes derrière nous, or il persiste une forme de confinement mental » selon le frère Cézar. « Nous faisons néanmoins le pari que, plus vite qu’on ne le pense, les esprits se dé-confineront […] Par le bouche-à-oreilles notamment, les personnes, les groupes reviendront et l'accueil de pèlerins à Saint Pierre reprendra dans des proportions qui justifient la réouverture du site […] Un taxi s’est arrêté l’autre jour devant Saint Pierre et a constaté la réouverture. Un Bus est passé également. Et nous avons eu la visite d’un groupe venant d’une école de guides israéliens lundi. Il y a des chances que ces personnes passent le message autour d’elles, ce qui aurait pour effet, nous l’espérons, de drainer un certain nombre de visiteurs. »