Le célèbre ermite et religieux français Charles de Foucauld sera bientôt canonisé

Par: Geoffroy Poirier-Coutansais/PLJ - Publié le: May 29 Fri, 2020

Le célèbre ermite et religieux français Charles de Foucauld sera bientôt canonisé Available in the following languages:

VATICAN – Le mardi 26 mai, le Saint-Siège a annoncé la canonisation prochaine du Bienheureux Charles de Foucauld. Le Pape François a ainsi donné son accord à la publication de huit décrets reconnaissant plusieurs miracles, dont un attribué au célèbre ermite français, militaire dans la cavalerie puis converti tardivement au catholicisme avant de devenir prêtre. La décision est une grâce immense pour de nombreuses communautés religieuses, prêtres et laïcs qui continuent de s’inspirer de l’esprit du religieux français.

Le Pape François « a autorisé [le mardi 26 mai] la publication de huit décrets reconnaissant plusieurs miracles et martyres » a rapporté le bureau de presse du Vatican le mercredi 27 mai. Charles de Foucauld se voit ainsi attribuer le deuxième miracle, et devrait ainsi être canonisé prochainement.

Né à Strasbourg en 1858 dans une famille aristocratique, Charles de Foucauld intègre la prestigieuse école militaire de Saint-Cyr à 18 ans, avant de rejoindre l’Ecole de cavalerie de Saumur en 1878.  Ses premières années d’officier lui feront découvrir l’Algérie, où il reviendra plus tard pour y passer de nombreuses années de sa vie.

Lassé de la vie militaire, il quitte l’armée en 1882 pour se consacrer à la préparation d’un voyage au Maroc, pays qu’il parcourra pendant près d’un an et qui aura un impact décisif sur sa vie. Emerveillé par la foi des musulmans, la question religieuse se réveille en lui. A son retour en France, il rencontre l’abbé Huvelin en l’église Saint Augustin à Paris en octobre 1886. C’est là que sa vie bascule, le jeune homme décidant alors de s’abandonner totalement à Dieu. « Aussitôt que je crus qu'il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais faire autrement que de ne vivre que pour Lui : ma vocation religieuse date de la même heure que ma foi : Dieu est si grand. Il y a une telle différence entre Dieu et tout ce qui n'est pas Lui » écrit-il.

Après sept années de recherche contemplative (1890 – 1897) qui le conduisent en Terre Sainte puis dans un monastère trappiste en Ardèche, il passe un temps chez les Clarisses de Nazareth où il alterne travail manuel, longues heures d’adoration et de méditation de l’Ecriture, mûrissant ainsi sa vocation profonde. Il est ordonné prêtre en 1901, à 43 ans, dans la chapelle du grand séminaire de Viviers.

Sentant à nouveau l’appel du Maghreb, il retourne en Algérie en 1905 pour vivre en ermite dans le Sahara au milieu des Touaregs qu’il aimerait évangéliser. Il y construit trois ermitages, et deviendra une référence dans la connaissance de ces nomades, dont il apprend la langue et avec lesquels il tisse des liens très forts.

Pris en otage par un groupe armé touareg, il meurt en 1916 à Tamanrasset dans le désert algérien, assassiné par un de ses ravisseurs alors pris de panique devant l’arrivée de deux soldats français.

Que retenir de Charles de Foucauld à travers son existence peu commune ? Tout d’abord sa conversion. Son expérience auprès des musulmans qu’ils voyaient prier le Dieu unique l’a amené à s’interroger puis à renouer avec la foi de son enfance. Son envie d’aider les plus démunis au-delà de ses frontières le conduit en Afrique du Nord où il mène une vie entièrement au service de son prochain.

Respectueux et curieux vis-à-vis de son environnement, il entre avec humilité dans l‘étude de la culture de l’autre, dont il apprend la langue et rédigera un “Dictionnaire touareg-français, dialecte de l’Ahaggar” qui fait encore autorité aujourd’hui.

Il a toujours placé l’Eucharistie au centre de sa vie, dans l’adoration comme dans la célébration, cherchant le Christ dans le pauvre et dans l’étranger, et célébrant la messe aussi souvent qu’il le pouvait.

Il laisse derrière lui un lègue spirituel important : partout dans le monde il continue d’inspirer des communautés religieuses, des prêtres ou encore des laïcs qui vivent de « l’esprit de Nazareth », ainsi que des troupes de scouts qui portent encore le nom de Charles de Foucauld.