Ordination de Benedetto Di Bitonto : quand une joie profonde dépasse les frontières !

Publié le: May 17 Fri, 2019

Ordination de Benedetto Di Bitonto : quand une joie profonde dépasse les frontières ! Available in the following languages:

KYRIAT YEARIM – Le jeudi 16 mai 2019, Benedetto di Bitonto a été ordonné prêtre pour le Vicariat Saint-Jacques, consacré aux catholiques hébréophones. La célébration, qui s’est déroulée à l’église de Notre-Dame de l’Arche d’Alliance de Kyriat Yearim, à côté d’Abu Gosh, a rassemblé un très grand nombre de fidèles et de religieux venus de toute la Terre Sainte. Si les personnes présentes étaient toutes d’origines très diverses, toutes ont vécu un moment très fort d’universalité dans la foi et dans la joie. 

Un événement extraordinaire…

Chaque ordination est un moment unique car l’engagement à vie d’un homme pour l’Eglise et le Christ est toujours très marquant. Et ce jeudi 16 mai, l’ordination de Benedetto Di Bitonto n’a pas dérogé à la règle et a même été vécue par de nombreux participants comme un moment de grâce particulière. L’église tout en sobriété du couvent de Notre-Dame de l’Arche d’Alliance des Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition était bondée : les fidèles hébréophones-mais d’origines très diverses- du Vicariat Saint Jacques et de très nombreux religieux de Terre Sainte ont répondu à l’invitation de Benedetto. Dans la foule on a pu voir également des prêtres coptes et des jeunes hommes, amis de l’ordinand, portant une kippa voire des papillotes !

Les prêtres de Terre Saint, du Patriarcat, du Vicariat Saint-Jacques, des Franciscains, Salésiens, Dominicains, et d’autres communautés, sont aussi venus en nombre pour entourer Benedetto, lui imposer les mains et l’accueillir avec chaleur dans la famille sacerdotale. Un évêque auxiliaire de Rome, Mgr Daniele Libanori qui connaît bien Benedetto a également fait le déplacement et a concélébré avec Mgr Pizzaballa et Mgr Marcuzzo.

…Pour un homme peu ordinaire !

Pour les parents de Benedetto issu d’une famille catholique de Naples, l’ordination de leur fils n’est pas complètement une surprise : «  Dès son jeune âge, Benedetto a montré des traits de caractère plutôt étonnants : il avait une propension à penser aux autres et à la générosité peu habituelle chez un enfant ou un adolescent. Et nous avons compris au fur et à mesure qu’il avait une soif d’absolu ». Le choix improbable de leur fils de servir l’Eglise dans un pays différent du sien et dans une communauté à part dans ce même pays leur donne malgré tout la joie simple et profonde de parents qui voient leur fils « réaliser un rêve », un projet qui lui ressemble parfaitement.

« Ce ministère n’est pas ton choix »

Dans son homélie prononcée en hébreu, l’Administrateur Apostolique du Patriarcat latin s’est adressé à Benedetto et a repris les textes choisis par l’ordinand pour lui donner quelques pistes pouvant l’aider à vivre son sacerdoce. Parmi elles, l’archevêque a rappelé à Benedetto qu’à l’instar de David qui a été choisi par Dieu, ce n’est pas lui qui est à l’initiative de sa vocation mais bien le Seigneur : « Ce ministère n’est pas ton choix, et ce n’est même pas ta mission ». Le prélat a insisté à plusieurs moments sur le fait que le prêtre doit être attentif à la communauté qui l’entoure et aux frères qui lui sont donnés : «  L’obéissance que tu auras à vivre, elle est dans la confiance à avoir dans les frères et sœurs que le Seigneur met sur ton chemin. De plus, c’est dans la communauté et à travers la communauté que l’Esprit Saint parle ». Des réflexions qui ne sont pas sans rappeler les paroles du pape François qui demande aux prêtres de se libérer du cléricalisme.

Un moment d’universalité sur une Terre marquée par le conflit

A la sortie de la messe d’ordination, alors qu’une bonne centaine de personnes faisaient la queue pour recevoir lé bénédiction du nouveau prêtre, la joie de l’unité était sur toutes les lèvres. Les participants à la célébration étaient heureux pour Benedetto mais également heureux d’avoir partagé un moment aussi fort avec des personnes souvent très différentes par l’origine, la langue, la situation administrative dans le pays et même la religion !

Même s’il n’est pas possible encore d’imaginer un tel esprit d’union dans un diocèse habité par une population marquée par la guerre et ses conséquences encore actuelles, il était beau d’avoir une image ce que le Seigneur espère pour nous : une fraternité vivante et chaleureuse, unie pour chanter Sa louange.

Cécile Klos