Beta Version

Tabgha fête le miracle de la multiplication des pains et des poissons

Publié le: November 12 Tue, 2019

Tabgha fête le miracle de la multiplication des pains et des poissons Available in the following languages:

TABGHA – Le 9 novembre 2019, des dizaines de personnes se sont rassemblées dans l’église de la multiplication de Tabgha, en Galilée. Un moment intense, empli de joies pour tous ces fidèles réunis à l’occasion de la fête de la multiplication des pains et des poissons.

Le temps était ensoleillé, sur ce site de la rive nord-ouest du Lac de Tibériade, en Galilée, où la tradition biblique situe le miracle de la multiplication des pains et des poissons. Village palestinien jusqu’en 1948, la bible y localise aussi l’apparition du Christ ressuscité à Pierre et six autres disciples (Jean 2,1-23).  L’église actuelle, catholique, a été reconstruite il y a près de quarante ans selon des plans respectant l’aspect de la basilique byzantine originelle détruite par un tremblement de terre en 419. L’église de la multiplication ainsi que ses alentours appartiennent aujourd’hui à l’Association Catholique pour la Terre Sainte, dirigée par l’Archevêque de Cologne.

Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin, a présidé la messe entouré de Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, vicaire patriarcal pour Jérusalem et la Palestine, le père Hanna Kildani, vicaire patriarcal pour Israël, ainsi que Mgr Kamal Bathish, Evêque émérite. L’Abbé bénédictin Bernard Alter, le supérieur local, Fr Basile Shiel, osb, le diacre Firas Abedrabbo, ainsi que l’évêque grec-melkite de Saint-Jean d’Acre, Mgr Youssef Matta, ont également concélébré la messe, elle-même rythmée par les chants d’un petit cœur allemand et ceux du groupe maronite de Gesh.

Dans son homélie, prononcée en anglais et traduite par le père Hanna Kildani, l’Administrateur Apostolique est revenu sur la pauvreté, contexte dans lequel est intervenu le miracle de la multiplication des pains et des poissons. « Dieu a besoin de notre pauvreté, afin d’avoir l’espace nécessaire pour accomplir des miracles dans notre vie » a-t-il lancé, insistant sur la nécessité de « mettre notre pauvreté à la disponibilité du Seigneur ». Mgr Pizzaballa a conclu son allocution en rappelant la mission, selon lui la plus importante de l’Eglise, qui est de donner aux gens « le pain de la vie ». « Jésus ne distribue pas le pain, Jésus EST le pain » a-t-il tenu à préciser.

Cinq grands paniers remplis de pains ainsi qu’une assiette de poissons avaient été posés à même le sol à l’arrière de l’église, avant d’être déposés au pied de l’autel par des fidèles.

Composée pour l’essentiel de Palestiniens, dont le groupe de fidèles locaux de Nazareth, la foule comprenait quelques pèlerins étrangers, parmi lesquels des Français issus du Diocèse de Nîmes et venus en Terre Sainte pour la première fois. « Une occasion unique de démarrer notre pèlerinage » confiait l’un d’entre eux. A noter aussi la présence des Sœurs bénédictines de Notre-Dame du Calvaire, venues de leur monastère du Mont des Oliviers, des Sœurs bénédictines du Roi Eucharistique, qui pqrticipent sur leur site à l’acceuil des pèlerins ainsi que des volontaires bénédictins du Centre Noé.

Un repas, ainsi qu’un rafraichissement ont ensuite été proposés dans le magnifique jardin attenant à l’église.

Geoffroy Poirier-Coutansais