stemma logo

Home news
Archives News

 

 

News from the Latin Patriarchate

Homélie du Patriarche
Messe de pèlerinage de l'Ordre souverain de Malte
Jardin de Gethsémani – Dimanche 7 octobre 2007

1. Nous célébrons l’Eucharistie ce matin au jardin de Gethsémani. Nous unissons notre prière à celle de Jésus dans ce jardin, qui fut suivie de son immolation sur la Croix, pour la Rédemption du monde.
Nous prions pour le Grand Maître, le prince Fra Andrew Bertie, qui n’a pas pu participer à ce pèlerinage pour raisons de santé. 

2. Chevaliers de Malte, vous étiez et vous êtes encore dévoués à la défense et à la promotion de la foi en Jésus, dans sa terre et partout dans les pays où vous vivez. Il y eut des temps où votre prière et votre dévouement furent une guerre dans cette région. Cela signifiait des combats, et aussi le don de votre propre vie. Ces temps sont désormais révolus. Aujourd’hui le dévouement de l’Ordre s’exprime par toutes sortes d'oeuvres de charité, ici et partout dans le monde. Ici, en Terre Sainte, la Maternité de Bethléem a été ouverte et ne cesse d’être soutenue par l’Ordre. Elle témoigne du caractère universel de votre charité. En effet, la Maternité accueille toute personne humaine, chrétienne et non chrétienne, prenant pour modèle la charité du Christ qui n’a pas de limites, ni de nationalité ni de religion : toute personne, quelle que soit sa nationalité ou sa religion, est en effet créée à l’image de Dieu. Et c’est Dieu lui-même que l'on aime et sert lorsque l'on aime et sert ses créatures, comme le dit Jésus: “Tout ce que vous avez fait à l’un des plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait” (Mt 25,40). Le petit, aujourd’hui, dans la situation où se trouve la Terre Sainte comme dans toutes les sociétés du monde, c'est le faible, le malade, l’étranger et celui qui est différent par sa nationalité ou sa religion.

3. Vous revenez aujourd’hui sur cette terre, pèlerins et témoins de la Résurrection, comme le dit Saint Pierre: “Nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Lui qu’ils sont allés jusqu’\à faire mourir en le suspendant au gibet, Dieu l’a ressuscité le troisième jour…. Et il nous a enjoint de l’annoncer…” (Ac 10, 39-40).

Vous êtes venus pour prier, et désormais avec un message clair et précis à tous les habitants de cette terre, chrétiens, juifs et musulmans – sachant que nos lieux saints sont, il est vrai, les lieux de notre prière, mais ils sont en même temps une des causes majeures du conflit entre les deux peuples de cette terre, les Palestiniens et les Israéliens. Nous, dans nos lieux saints, nous prions, certes, mais nous en faisons en même temps des lieux de conflit, de haine et de mort. Mais vous, pèlerins d’aujourd’hui, vous venez dans ces lieux saints seulement pour prier et pour annoncer la Résurrection, et non pour des raisons de guerre. C’est pourquoi, votre prière et votre pèlerinage sont un message à nous tous, juifs, chrétiens et musulmans, qui nous dit :
"Vos lieux saints ne sont pas des lieux de haine et de mort, mais des lieux de prière, où l’on voit Dieu. Dans la présence de Dieu, le croyant accueille tous les enfants de Dieu, de toute nationalité et de toute religion."

4. Vous revenez sur cette terre sainte, témoins de la Résurrection, et vous y trouvez la croix de Jésus vivante, dans le corps et l’esprit de nous tous qui habitons cette terre : situation politique instable, vie quotidienne difficile à cause du conflit qui dure, occupation militaire israélienne des Territoires Palestiniens, prisonniers politiques, violence et donc insécurité, et le mur qui sépare et prive à la fois de la liberté et de la sécurité, des deux côtés… Et tous, Palestiniens et Israéliens, juifs, chrétiens et musulmans, sont des personnes humaines créées à l’image de Dieu, tous ont également le droit de jouir de la dignité humaine et divine que Dieu a donnée à chacun et chacune. C’est pourquoi, unie à toutes ces souffrances humaines, l’Eglise de Jérusalem reste sur la croix, essayant de faire de la souffrance de tous les hommes et les femmes de cette terre, sans distinction, une prière qui puisse nous unir à celle du Christ en croix, une prière qui puisse transformer toutes les souffrances humaines en rédemption et en réconciliation.
 
5. Un autre aspect du mystère de Dieu dans cette terre se révèle après des siècles d’histoire à qui se met en présence de Dieu. Ici, Dieu a voulu élire le peuple juif pour préparer la venue du Messie, Jésus-Christ, Sauveur du monde. Et la terre leur a été promise. Au temps prédéterminé, Jésus est venu, conformément aux Ecritures, et la Terre promise au peuple élu est devenue une terre chrétienne, et ses habitants chrétiens se sont retrouvés aux côtés du peuple juif élu de Dieu. Des siècles plus tard, l’islam est venu, et pour lui aussi, cette terre est devenue une Terre Sainte et une patrie terrestre et religieuse pour les habitants musulmans. Et nous voilà aujourd’hui, tous les trois ensemble, juifs, chrétiens et musulmans, sur cette terre. Pour nous tous, c’est la terre de Dieu, une terre sainte, et en même temps, la terre de notre vie quotidienne. Dieu, Seigneur de l’histoire, dans le mystère de sa Providence, a voulu nous réunir ici, avec nos différences de religion et de nationalité. Et c’est à nous à nous laisser enseigner par lui, afin que nous puissions comprendre le sens de notre histoire, une histoire dont Dieu est le Seigneur. Certes, la première leçon de l’histoire et de la Providence, que nous vivons déjà - bien que partiellement encore - est le dialogue, le respect et la reconnaissance mutuelle. Le dialogue interreligieux, humain et même politique existe sur cette terre, multiple et à divers niveaux. Mais il y a aussi le conflit, avec le sang, la haine et l’insécurité, qui va contre le sens de l’histoire et du mystère d'universalité voulu par Dieu pour cette terre.

6. Chers pèlerins et chevaliers de l’Ordre Souverain de Malte, vous venez parmi nous et vous nous retrouvez sur la Croix de Jésus, mais nous portons aussi dans nos coeurs la joie et l’espérance de la Résurrection. Nous sommes une petite Eglise dont la vocation propre est de continuer, comme les apôtres, à témoigner de Jésus dans sa terre, comme dit le livre des Actes : “Nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem”.
Chers pèlerins, nous vous remercions pour votre pèlerinage et pour votre prière aujourd’hui avec nous et pour nous. Tous ensemble, nous disons : “Que la volonté de Dieu soit faite”, à travers les actes responsables ou irresponsables des gouvernants de cette terre. Nous croyons en Dieu, et nous croyons qu’un jour sa bonté finira par l’emporter sur le mal des hommes et de la guerre. L’heure de la paix est encore cachée dans la science divine ; elle dépend de notre foi, de notre action et de notre prière à tous, à nous et à vous.

A tous, je souhaite un pèlerinage saint et béni. Priez pour nous et pour la Rédemption de cette terre. Amen.

 

Home Page