stemma logo

Home news
Archives News

 

 

News from the Latin Patriarchate

Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu'il aime!" (Lc 2, 13-14)

Frères et fils bien aimés,
Aujourd'hui Bethléem nous accueille, avec son message immortel de salut, d'amour, d'humilité et de paix. En cette ville est né de Marie l'Enfant-Dieu, celui-là même qui reviendra un jour comme roi et juge du monde entier.

Avec quelle ardeur nous attendons aujourd'hui son second avènement, ce temps où toute chose retrouvera sa place au coeur de la création, ce temps où la paix, la justice et la liberté seront sur nous! Comme Paul, l'Apôtre des Nations, nous aspirons "à mener une vie calme et paisible, en toute piété et dignité" (1 Tm 2, 2).

Ces valeurs de paix, de justice et de liberté nous ont abandonnés il y a longtemps. Depuis, nous les avons poursuivies sans relâche. Nous avons demandé l'aide de tous - visiteurs, pèlerins, responsables internationaux - pour les retrouver. Nous sommes tous conscients des difficultés et des souffrances qui sont le lot quotidien de notre peuple. Elles ont pour causes la guerre et les tensions politiques qui ruinent notre région ; elles nous ont déjà coûté, outre la répression et l'oppression, un nombre incalculable de vies humaines, et d'immenses désastres. 

Dans notre pays, les valeurs de paix, de justice et de liberté sont devenues une denrée rare, presque un fantasme. Pour beaucoup d'entre nous, elles n'existent que dans les livres d'histoire. Ces valeurs évangéliques sont chez nous si rares que nous sommes devenus des étrangers dans notre propre pays, réduits à quémander la liberté de déplacement dans nos propres rues, et la liberté de travailler dans nos propres cités.
En vain nos jeunes gens et nos jeunes filles recherchent ces valeurs auprès d'institutions gouvernementales trop souvent paralysées par les dysfonctionnements. Les organisations internationales s'apitoient sur notre sort, mais leur appel pour plus de justice n'est que de l'encre sur du papier, une voix qui crie dans le désert. Nos jeunes comme nos anciens frappent à toutes les portes, mais personne ne semble vouloir leur ouvrir. Ils traversent les mers et sillonnent les continents, dans l'espoir de trouver en terre étrangère ce qui ne se trouve plus chez eux : la sécurité, la subsistance, une existence sociale digne et un avenir pour leurs enfants.

O Enfant de Bethléem! 
Pour fuir l'iniquité et sauver ta vie, toi-même as dû quitter Bethléem, ta ville natale, pour t'exiler au pays de Pharaon, sous la conduite de ton père Joseph. Avec ta Mère immaculée, la Vierge Marie, tu as parcouru des chemins escarpés, sombres et douloureux, depuis ta naissance dans une grotte jusqu'à ta mort au Calvaire, "et ta mort sur une croix" (Ph 2, 8). 

Pourtant tu es revenu, O Enfant de Bethléem, tu es rentré chez toi, en Terre Sainte, pour y vivre avec tes parents une vie humble et cachée, croissant "en taille, en sagesse et en grâce" (Lc 2, 52).

Oh, combien nous languissons après le jour où nos enfants reviendront de l'étranger pour remplir nos maisons, nos églises et nos rues de leur foi, de leur vitalité, de leur énergie, de leur passion et de leurs rires!

A Bethléem nous voulons pouvoir chanter joyeusement et tous les jours ta glorieuse et royale naissance! A Bethléem nous voulons que s'accomplisse pour nous la promesse de joie faite par les anges aux bergers : "Voici que je vous annonce une grande joie, qui sera celle de tout le peuple : Aujourd'hui, dans la cité de David, un Sauveur vous est né, qui est le Christ Seigneur" (Lc 2,10-11).

O Enfant de Bethléem!
Nombreuses sont nos questions sans réponse :
- Comment? Pourquoi et jusqu'à quand?
- Trouverons-nous une solution à nos problèmes?
- Pourquoi devons-nous vivre cette tragédie sur "la terre ruisselante de lait et de miel", la Terre Sainte? Quand donc nos épreuves finiront-elles? Quand donc nos jeunes se sentiront-ils en sécurité, confiants dans la vie et dans l'avenir?
- Quand l'hémorragie de l'émigration se tarira-t-elle? Quand nos fidèles cesseront-ils de quitter cette terre bénie de Dieu, et d'abandonner la culture qu'ils ont héritée ici?
- Quand retrouveront-ils la conscience d'appartenir à leur patrie trois fois bénie : celle de Notre Seigneur, de la Vierge Marie immaculée et de la première Eglise? 

O Enfant de Bethléem! Comme nous avons besoin de toi! Nous avons besoin de retrouver l'innocence des enfants. Nous avons besoin d'imiter le courage de la Vierge Marie, la patience de Joseph et l'humilité des bergers. Notre monde est rude et difficile, il est sans pitié. Il croit au droit de la force, non à la force du droit!

O Enfant de Bethléem!
Viens naître de nouveau parmi nous pour partager notre vie et nous faire entendre ta voix! Comme pendant la neuvaine de Noël, nous soupirons après toi avec les paroles empruntées au prophète Isaïe: "Ah! Si tu déchirais les cieux et si tu descendais!… Cieux, répandez comme une rosée votre justice, et que les nuées la fassent pleuvoir! Que la terre s'entrouvre pour que germe le salut" (Is 63, 19; 45, 8)!

Nous voulons, O Enfant de la grotte, que ta voix résone à nouveau dans notre ciel : 
- "Heureux les artisans de paix, car il seront appelés fils de Dieu" (Mt 5, 9).
- "Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage" (Mt 5, 4).
- "Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde" (Mt 5, 7).
Oui, viens naître encore à Bethléem, dans nos maisons et dans nos coeurs ; viens parcourir les rues de Bethléem et de toutes les villes de Palestine. Regarde avec ta divine pitié les maisons désertées, les terres confisquées et les boutiques fermées ; regarde avec ta divine miséricorde les check-points, les obstacles et les barrières que l'homme a dressé contre son frère...

Chers  frères,
La foi de la Vierge Marie, notre Mère, est un modèle à suivre et à imiter. Tout au long de sa vie, la foi de Marie est restée claire et pure, en dépit des nombreuses questions qui ont traversé son esprit, questions auxquelles Dieu seul pouvait répondre. Elle s'est toujours abandonnée à la volonté de Dieu, comme elle l'a déclaré au messager céleste : "Je suis la servante du Seigneur, qu'il m'advienne selon ta parole" (Lc 1, 38), nous laissant ainsi le plus bel exemple de synergie harmonieuse entre le plan de Dieu et la volonté humaine. Tout ce qui arrivait, tout ce que Jésus disait ou accomplissait, Marie le "conservait avec soin et le méditait en son coeur" (Lc 2,19).

Chers  frères et soeurs,
En tant que nouveau Patriarche latin de Jérusalem pour la Palestine, la Jordanie, Israël et Chypre, laissez-moi vous dire ma grande joie d'être aujourd'hui parmi vous. Je vous remercie pour votre accueil chaleureux, rempli de ferveur et d'affection. Je remercie de tout coeur le Rév. Père Samuel Fahim, curé de Bethléem, et avec lui tous les R.R. P.P. Franciscains. Un cordial merci à mes frères prêtres et aux Religieux et Religieuses ici présents. Je tiens également à remercier les Autorités et toutes les personnalités civiles qui nous ont fait l'honneur de leur présence.
J'espère que nous pourrons nous rencontrer plus souvent à l'avenir, afin de travailler ensemble au bien de tous les citoyens de cette ville, chrétiens et musulmans.
Mes félicitations vont à toutes les associations chrétiennes actives de Bethléem, Beit Jala et Beit Sahour. J'adresse notamment un cordial salut aux chorales et aux groupes scouts. J'espère pouvoir vous rencontrer à nouveau à l'avenir, afin de mieux connaître vos activités et vos initiatives. Nous continuerons à marcher main dans la main, habités par la lumière du Divin Enfant de la Grotte.

Chers frères et soeurs,
En ce temps où le Patriarcat célèbre "l'Année de la Famille", Je prie l'Enfant de Bethléem, Sa mère la Vierge Marie et saint Joseph de vous assister et de protéger vos familles et vos jeunes. Puissions-nous être tous unis et accomplir notre mission de paix, de justice et d'amour sur la terre de la Paix et de l'Amour.
Et que les bénédictions du Dieu tout-puissant Père, Fils et Saint-Esprit soient avec vous et guident vos pas par la grâce du verbe qui "s'est fait chair et a demeuré parmi nous." Amen.

+ Fouad Twal
Patriarche latin de Jérusalem
25 juin 2008

 

Home Page