stemma logo

Patriarch Emeritus

Pastoral Letters

 

Archives

 

 

Fête du Sacré Coeur
Mémoire de Fr Jean-Baptiste Gourion
Monastère de la Résurrection – Abu-Gosh
23.6.2006

Mes frères et soeurs

Nous célébrons ce matin la mémoire de notre vénéré et cher Frère Jean-Baptiste, une année après son retour au Père. Nous célébrons sa mémoire aujourd’hui, fête du Sacré Cœur dans laquelle nous sommes invités à méditer cet immense Amour de Dieu pour l’homme. « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jn 3,16). Un amour, dit Saint Paul, « qui surpasse toute connaissance », qui nous rend notre plénitude, puisqu’il nous unit à notre Créateur, et nous rend capables d’aimer comme lui. « Vous entrerez par votre plénitude, dit St Paul , dans toute la Plénitude de Dieu » (Eph 3,19). Dans la plénitude de Dieu, nous, le monde s’élève très haut et cette élévation dans l’amour et la Plénitude de Dieu purifie la terre et la rend une véritable demeure de paix, la demeure de Dieu avec les hommes.

Dans notre monde qui est souvent un monde de violence et de haine, un monde sans cœur, il nous est bon de  ce matin de méditer sur ce Amour infini de Dieu pour nous tous. L’important pour l’homme est de savoir comment répondre à l’amour de celui qui nous a tant aimé. Il nous faut entendre sans cesse, en toute activité et circonstance,  la question fondamentale de l’Evangile « Aimes-tu ? M’aimes-tu ? »

Notre frère Jean-Baptiste a su répondre à cette question fondamentale. Il a aimé, il a beaucoup aimé. Il s’est donné entièrement à Dieu dans la vie monastique bénédictine à laquelle il est resté foncièrement attaché. Il est le fondateur de cette abbaye à laquelle il a prodigué tous ses soins. Il a fondé cette communauté dont il était, à tous les sens du terme, l’Abbé, le Père et le guide. Ici, en cette terre sainte, il a voulu être avec ses frères e sœurs une présence de prière, de réconciliation et de paix. Il voulait que son Abbaye soit pour tous, pour les différents dans ce village et dans ce pays, le havre de paix.

Père Jean-Baptiste a aimé cette terre et tous ses habitants. Il a aimé son peuple juif auquel il a été envoyé et auquel il s’est senti toujours foncièrement attaché. Mais doué d’un grand cœur, il avait des amis un peu de partout. Sa simplicité, son goût du contact, sa bonté naturelle lui ouvraient les cœurs et beaucoup de personnes ont trouvé en lui un guide sage et discret et un Père souriant, accueillant, qui savait écouter et communier dans la Plénitude de Dieu.

Nommé vicaire patriarcal, puis évêque auxiliaire pour la communauté hébraïque, Mgr Gourion a fait preuve de la même sagesse. Il a été un pionnier. Il a rempli cette mission délicate avec générosité et don de soi jusqu’au jour où le Seigneur lui demanda de retourner à lui. Dans les moments difficiles de ses derniers mois de sa vie, il a montré la profondeur de sa vie spirituelle par sa sérénité et son abandon entre les mains du Père. Jusqu’au bout notre frère Jean-Baptiste a aimé.

Mes frères et sœurs, nous vivons dans un monde blessé. Souvent nous ne savons plus aimer. Il nous faut faire cette prière : Seigneur apprends-nous à aimer. L’appel du Sacré-Cœur est un appel à redécouvrir le sens de l’amour authentique, celui dont Dieu lui-même nous a aimé et nous aime toujours, l’amour qui nous remplit de la Plénitude de Dieu et qui nous rend capables de comprendre. « Que le Christ habite en vos cœurs par la foi, nous dit encore St Paul dans la 2eme lecture de ce matin, et que vous soyez enracinés et fondés dans l’Amour. Ainsi vous recevrez la force de comprendre… Et vous connaîtrez l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance » (Eph 3, 17.18.19).

En pensant à la vie du P Jean Baptiste, nous terminons en reprenant la belle oraison de ce matin :
            Dieu d’infinie bonté
            Fortifie notre cœur de la force du Christ
            Mets en nous le feu qui brûle son cœur
            Nous lui ressemblerons alors davantage et nous pourrons entrer dans le bonheur qu’Il nous a mérité pour toujours » Amen.

 

Home Page