itItaliano enEnglish

Amman – Durant quatre jours, du 24 au 27 juin 2017, des jeunes étudiants chrétiens de toute la Jordanie se sont retrouvés au Centre Notre Dame de la Paix pour un temps privilégié de prière, de louange et de formation. Au programme de ce camps d’été organisé par les Jeunesses Etudiantes Chrétiennes de Jordanie (JEC) : les grandes problématiques rencontrées par les jeunes chrétiens aujourd’hui (vie affective, tentation de l’athéisme ou encore indifférence vis-à-vis de Dieu). Un projet porté par le Patriarcat Latin.

Un camp pour rencontrer Dieu et affronter les défis actuels

Un claquement de doigt et c’est parti, le ton est donné : un chant de louange s’improvise entre deux enseignements. Ce 24 juin, les jeunes ne manquent pas de célébrer avec ferveur leurs retrouvailles. Ils sont 110 étudiants âgés de 18 à 23 ans venus de toute la Jordanie pour cette retraite organisée dans le cadre des Jeunesses Etudiantes Catholiques (JEC) en Jordanie. Ces quatre jours de camps constituent un temps fort de l’année pour ces jeunes des JEC. Cette année, la session s’articule autour de trois sujets phares : la tentation de l’athéisme, le risque de l’indifférence face à Dieu et enfin la vie affective. Ces grands thèmes sont abordés au travers de lectures, de temps de partage, de louanges ou encore de temps de prières. Le Père Nohra Sfeir, carme venu spécialement du Liban, a ainsi prêché des enseignements sur plusieurs grandes saintes comme Elisabeth de la Trinité, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus ou encore Edith Stein. À cette approche spirituelle s’ajoute des temps de développement personnel où les jeunes peuvent apprendre à se connaitre sous le regard de Dieu dans une ambiance bienveillante. « Ici on ne se soucie pas de savoir si tu viens de Kerak, de Smakieh ou d’Amman. La personne est accueillie pour ce qu’elle est » explique Rami, responsable de l’un des groupes de jeunes.

Le camp d’été, un élan porteur pour le reste de l’année

Ce camp annuel constitue une véritable respiration pour beaucoup de jeunes après une année souvent chargée. « Durant l’année, les étudiants sont souvent sous pression concernant leurs études et leur avenir… Avec les JEC, durant le camp, ils trouvent une vraie famille, un soutien pour toute l’année. La grande chance des JEC en Jordanie est de bénéficier d’un climat de paix qui leur permet de pratiquer leur Foi sans problème et de se retrouver facilement. » continue Rami. Si la Foi constitue un pilier de vie pour beaucoup, d’autres redécouvrent grâce à ce camp la vraie joie d’être chrétiens, et au-delà d’appartenir à une famille religieuse, la joie de se nourrir des sacrements. « Lorsqu’un jeune se lève pour aller se confesser alors qu’il n’a pas osé faire cette démarche depuis cinq ans, ou quand un autre décide fermement de retourner à la messe, c’est une belle victoire du Christ ! » poursuit Rami. Cette année, le camp JEC a également eu la chance de recevoir cinq réfugiés irakiens qui apportent une tonalité différente. « Ils ont une Foi rayonnante, ancrée. C’est comme si ce qui leur était arrivé avait renforcé leur Foi… » explique Rami.

Pour enseigner l’Evangile aux jeunes jordaniens, les animateurs JEC ne manquent pas d’idées et c’est aussi au travers de la louange et du théâtre que les jeunes font l’expérience du Christ. Bien entendu, toute cette créativité reste toujours au service de l’annonce de l’Evangile, afin que chacun puisse faire cette rencontre personnelle avec le Christ. Pilier de ces quatre jours, la veillée d’adoration constitue un moment fort de cœur à cœur avec Dieu, dans le silence.

Poursuivre l’évangélisation par la toile

En cette fin de camps, la joie de chacun est palpable et les visages rayonnent. « Entre le début et la fin du camp, il y a un monde » sourit la sœur Rudaina, salésienne encadrant le camp. Pour que cette ferveur puisse porter ses fruits toute l’année, les organisateurs JEC en sont conscients, il faut l’alimenter. C’est au travers des rencontres hebdomadaires en petits groupes que ces jeunes vont continuer de se former et de s‘épauler. Mais pour mettre le Christ au centre par tous les moyens, Rami, responsable réseaux sociaux du groupe étudiant n’a pas hésité à investir la toile en lançant un groupe Facebook. « On y parle de tout et y compris de sujets les plus délicats comme de la vie affective, tabou dans certains milieux. Quand ces jeunes ouvrent Facebook, et Dieu sait qu’ils sont connectés, ils ont maintenant le réflexe d’aller d’abord dans ce groupe. C’est un pari réussi ! ». Succès pour la tranche d’âge des étudiants, ce modèle pourrait ainsi s’étendre à d’autres groupes JEC, plus jeunes. A suivre.

Claire Guigou

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar
image_print
Designed and Powered by YH Design Studios - www.yh-designstudios.com © 2017 All Rights Reserved
X