Dimanche des Rameaux 2021 : Message du Patriarche Pierbattista Pizzaballa

Publié le: March 28 Sun, 2021

Dimanche des Rameaux 2021 : Message du Patriarche Pierbattista Pizzaballa Available in the following languages:

Conclusion Dimanche des Rameaux 2021

Procession de fin - 28 mars 2021

Quelle joie quand on m'a dit : « Nous irons à la maison du Seigneur ! »

Maintenant notre marche prend fin devant tes portes, Jérusalem ! (Ps 122,1–2)

Chers frères et sœurs,

À cause de la pandémie, depuis plus d'un an nous n'avons pas pu célébrer la procession solennelle et festive du dimanche des Rameaux ! Bien que sous une forme réduite, nous avons pu la célébrer cette année. Et, bien que nous soyons peu nombreux, la joie et la détermination d'acclamer le Christ comme notre Roi et Seigneur sont les mêmes que toujours !

Nous sommes une petite délégation, mais toute l'Église est avec nous ici aujourd'hui : avec nous, nous avons les chrétiens des différentes communautés du diocèse qui n'ont pas pu nous rejoindre en raison des restrictions actuelles, et aussi les chrétiens du monde entier qui, même s'ils n'ont pas pu nous rejoindre physiquement, prient aujourd'hui avec nous, le cœur et l'esprit tournés vers Jérusalem.

Il y a un moment, nous nous sommes arrêtés au Dominus Flevit pour prier sur notre Ville Sainte et la bénir avec la relique de la Croix. Nous ferons de même maintenant, aux portes de la ville. Prions pour Jérusalem et bénissons-la du signe de notre rédemption ! Cela fait partie de la mission spécifique de notre Église de Jérusalem, que de prier pour cette Ville Sainte et de préserver sa vocation d'être une maison de prière pour tous les peuples, où tous sont citoyens de manière égale, et où chaque croyant trouve sa propre maison.

Nous, l'Église de Jérusalem, nous aimons cette ville, dans laquelle se trouvent les racines de notre identité chrétienne. Elle représente pour chacun de nous le désir de réconciliation et de paix universelles que Dieu désire pour toute la famille humaine. Et nous voulons prier et travailler à cette intention, afin que ce désir et cette prophétie puissent se réaliser. Les blessures et les divisions qui, malheureusement, caractérisent encore la vie de cette ville qui est la nôtre ne doivent pas nous décourager. Au contraire, elles doivent nous inciter, avec une détermination toujours plus grande, à rendre témoignage de la foi en la victoire du Christ sur la mort, à être, en tant qu'Église, un signe d'unité et de réconciliation. Nous ne pouvons pas en douter ! Pour ceux qui ont la foi, la Croix n'est pas un signe de défaite et de mort, mais d'amour, de vie, de réconciliation et de pardon. C’est pour cela que nous bénissons la ville avec la Croix : afin qu'elle soit de plus en plus marquée par l'amour du Christ et qu’elle devienne un lieu de rencontre, de respect et d'acceptation mutuelle. Rien ne nous fait donc peur ; les obstacles continuels que nous rencontrons chaque jour n'arrêtent pas notre charité : personne ne pense qu'ils éteignent notre joie de croyants au Christ, fils de David ! Aujourd'hui, nous ici, un tout petit reste, réaffirmons notre engagement et notre détermination à dire « oui » au Christ et à le suivre sur le chemin de la Croix et de la Rédemption, le chemin de l'amour et de la vie !

En cette Semaine Sainte qui commence aujourd'hui, nous retracerons les moments marquants de la passion et de la mort de Jésus, et nous le rejoindrons également avec nos nombreuses passions et morts, les nombreuses croix qui pèsent sur nos épaules. Mais nous voulons aussi le rencontrer ressuscité et vivant au milieu de nous, et être témoins de lui à Jérusalem et dans le monde !

Concluant notre procession par le chant, la prière et la bénédiction avec la relique de la Croix, nous répétons:

« Seigneur Jésus, toi qui par ta Sainte Croix as racheté le monde, bénis-nous et tous les habitants de cette ville qui est la nôtre, donne-nous un cœur capable d'aimer de ton propre amour et fais de nous de dignes témoins de ta résurrection ». Amen.