Homélie du Patriarche Pizzaballa : les 500 ans de la christianisation des Philippines

Publié le: October 10 Sun, 2021

Homélie du Patriarche Pizzaballa : les 500 ans de la christianisation des Philippines Available in the following languages:

les 500 ans de la christianisation des Philippines 
Sap 7, 7-11 ; Eb 4, 12-13 ; Mc 10, 17-30
Gethsémani, 10 octobre 2021

 

Excellence Révérendissime,
Chers frères et soeurs,
que le Seigneur vous donne la paix !

Il y a 500 ans, un groupe conduit par Ferdinand Magellan est arrivé dans l'archipel des îles Philippines et, certainement sans qu'il soit conscient des développements futurs, a commencé alors une œuvre d'évangélisation en Asie qui nous laisse encore aujourd'hui émerveillés. La foi catholique, en effet, n'a cessé de croître depuis et s'est tellement incarnée dans cette terre qu'elle est devenue et reste encore aujourd'hui une partie intégrante et constitutive de l'identité et de la culture des Philippines.

L'histoire des Philippines est l'histoire de l'effort missionnaire le plus réussi de l'Église en Asie. Comme le proverbial grain de moutarde semé dans une terre fertile, la croissance et le développement de l'Église aux Philippines ont été les fruits du travail des frères missionnaires, soutenus par un clergé indigène, et amenés à la vie par un peuple fidèle.

La célébration de ce jubilé intervient après une préparation de neuf ans, où chaque année portait un thème spécifique reflètant les priorités pastorales de l'Église dans le pays. Depuis 1521, les Philippines sont devenues un grand pays et une grande Église. Aujourd'hui, en effet, les Philippines représentent le troisième plus grand nombre de catholiques au monde, avec un total de 86 archidiocèses, diocèses, prélatures et vicariats apostoliques catholiques, comptant plus de 80 millions de fidèles. Des chiffres impressionnants.

D'un pays évangélisé il y a cinq siècles, les Philippines sont peut-être aujourd'hui le plus grand pays évangélisateur. Il y a, en effet, environ dix millions de Philippins dispersés dans le monde, comme travailleurs dans différents milieux. Cela signifie qu'il y a dix millions de missionnaires qui, par leur présence, apportent le style du Christ dans le monde, souvent là où Jésus n'est pas encore connu, comme dans nos pays voisins, dans la région du Golfe. Nous le voyons aussi ici en Terre Sainte, en Israël, où vous accomplissez votre service, qui, nous en sommes tous conscients, n'est pas toujours facile et apprécié. Pourtant, tout le monde sait que votre foi simple et profonde, enracinée et convaincue, suscite étonnement et intérêt, questions et curiosité. Votre présence est précieuse, non seulement parce qu'avec votre style de vie vous portez Jésus dans les foyers de dizaines de milliers de familles, mais aussi parce que votre amour pour Jésus et pour l'Église remplit nos églises et réveille la foi, parfois un peu tiède, de nos communautés.

Les paroisses et les églises dispersées sur le territoire de notre diocèse, en Israël, à Chypre ou en Jordanie, sont devenues votre deuxième maison et il est agréable de voir comment, les dimanches et les jours fériés, les espaces autour des églises sont remplis de vie, avec des couleurs, des parfums et des saveurs différentes. Des chants traditionnels et de nouvelles dévotions s'ajoutent à ceux qui existaient déjà, comme le Lorenzo Ruiz, inconnu jusqu'à récemment dans nos églises. Je ne dis tout cela que pour répéter ce qui a déjà été dit en d'autres occasions, mais qui doit être répété : votre présence est devenue une partie intégrante de la vie de notre Église, vous êtes une partie constitutive de l'identité de cette Église de Terre Sainte, qui vous aime et vous remercie pour cette vague d'enthousiasme et d'amour pour l'Église que vous nous avez apportée et dont nous avions besoin.

Dans un certain sens, je peux dire que votre présence apporte dans notre Église de Terre Sainte, quelque chose de la vie de l'Église que je considère ici comme manquant ou peut-être perdu : l'annonce et la tendresse. Vous ne faites pas de prosélytisme, mais, malgré la fatigue de votre service, malgré les humiliations et l'exploitation dont vous êtes souvent l'objet, vous savez encore apporter la joie de la foi en Jésus et vous l'annoncez par votre vie et par votre prière libre et publique, qui vous distingue. Merci d'être ici, dans notre Église, un témoin joyeux et sincère de la foi. Même la tendresse de votre service, souvent dédié aux personnes les plus fragiles de la société, est une annonce, surtout ici dans notre pays divisé, souvent endurci dans les sentiments et les relations, qui a du mal à faire confiance aux autres. Votre tendresse est gratuite, et elle dissout bien des peurs.

Il y a 500 ans, une petite graine arrivée d'Espagne est devenue avec le temps un arbre robuste ; une Église vivante et solide pousse aux Philippines. Je me demande ce que feront aujourd'hui dix millions de graines dispersées dans le monde !

L'Évangile que nous avons proclamé nous parle de notre vocation commune. L'homme riche dont parle l'Évangile ne manque de rien (Mc 10,21), sauf de ceci : l'amour ! Mais c'est précisément ce manque qui le rend insatisfait et agité, en quête de vie. Cet homme n'a rien fait pour mériter le regard de Jésus, et pourtant, dans aucune autre partie de l'Évangile de Marc, dans aucune autre rencontre, nous ne trouvons cette expression, aussi forte que celle-ci : Jésus le regarde et l'aime.

Malgré ce regard unique, cet homme ne parvient pas à se laisser embrasser par l'amour de Jésus et reste fermé sur lui-même ; l'Évangile dit qu'il s'en est allé triste. Il n'a pas pu sortir de la sphère du devoir (" Bon maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? ", Marc 10,17). Alors que la foi est essentiellement une relation qui subsiste dans la sphère de l'amour.

Et c'est l'amour qui nous pousse à sortir de nous-mêmes, à suivre Jésus pour tout quitter. C'est la réponse de Jésus à la question de Pierre : "Nous avons tout quitté et nous t'avons suivi" (Marc 10,28). Ceux qui laissent tout par amour trouvent tout par amour.

La conclusion de l'Évangile est très pertinente et parle beaucoup de vous et d'une certaine manière réaffirme combien votre service ici est non seulement une nécessité, mais aussi une mission, comme celle que Jésus a confiée à ses disciples : "Il n'y a personne qui ait quitté maison, frères ou sœurs, mère, père, enfants ou champs, à cause de moi et de la bonne nouvelle, qui ne reçoive au centuple dès maintenant dans ce siècle - maisons, frères et sœurs, mères et enfants, et champs, avec des persécutions et dans le siècle à venir, la vie éternelle." (Marc 10,29-30)

Vous aussi, vous avez quitté votre maison, vos parents, vos enfants, vos maris, vos femmes, vos familles, vos biens par amour pour eux et vous êtes devenus missionnaires dans le monde. Ici, dans notre pays, vous avez trouvé une deuxième maison, une nouvelle famille de croyants, une nouvelle terre, ainsi que des persécutions ! C'est exactement l'Évangile qui parle de vous.

Au nom de toute l'Église de Terre Sainte, de ses évêques, de ses prêtres, de ses religieux et religieuses, de ses fidèles de tous les rites, je souhaite vous remercier d'être une communauté en construction parmi nous et je vous demande de continuer à prier pour nous.

Nous sommes au début d'un voyage synodal voulu par le Pape François, qui sera ouvert aujourd'hui à Rome et ici en Terre Sainte à la fin de ce mois. Un parcours qui ne peut être complet sans votre précieuse contribution, sans que notre Église ne prenne conscience des nouveautés et des richesses que vous nous avez apportées, ainsi que des difficultés et des souffrances que vous vivez vous aussi.

Dans l'Église d'aujourd'hui, on parle beaucoup de réévangélisation. J'aime à penser que, même ici, en Terre Sainte, dans l'Église Mère de Jérusalem, celle qui a apporté l'Évangile au monde, la Providence a confié à votre communauté cette merveilleuse mission : nous ramener, ici, la joie de l'Évangile, la force vitale de la Parole de Dieu, plus tranchante et à double tranchant, comme une épée et porteuse de vie nouvelle. Nous en avons bien besoin.

Meilleurs vœux pour votre jubilé ! Merci de votre présence et que le Seigneur nous aide tous ensemble à dire comme Jésus ici à Gethsémani : "Que ta volonté soit faite". Car dans sa volonté se trouve notre paix !

Amen.

+Pierbattista