Homélie pour la Solennité de la Pentecôte 2022

Par: Pierbattista Pizzaballa - Publié le: June 05 Sun, 2022

Homélie pour la Solennité de la Pentecôte 2022 Available in the following languages:

Très cher Père Bernard,

Très chers frères et soeurs,

que le Seigneur vous donne la paix !

Nous sommes arrivés à la fin du temps pascal. Selon la tradition, nous aurions dû nous réunir au monastère bénédictin de la Dormition pour célébrer la naissance de l'Église à Jérusalem. Cette année cependant, nous avons la nouveauté d'un nouveau lieu temporaire, mais non moins beau. Nous remercions les Sœurs de Saint Vincent de Paul pour leur coopération. Quelques communautés de travailleurs philippins se sont également jointes à nous. Aujourd'hui, en somme, nous vivons nous aussi un peu de l'expérience décrite dans la première lecture des Actes des Apôtres. Nous sommes des croyants locaux, étrangers, de langues et de nationalités différentes, mais unis pour célébrer les merveilles du Seigneur. L'Esprit nous a rassemblés de différentes parties du monde pour faire de nous une seule famille unie au nom de Jésus.

En vérité, notre Église continue de faire l'expérience de la Pentecôte aujourd'hui encore : toutes les communautés chrétiennes sont ici, physiquement présentes, et toutes ensemble forment le Corps du Christ, l'Église. Et, bien que les blessures de nos divisions soient encore douloureuses, nous sommes encore tous réunis ici en tant que communauté chrétienne pour célébrer, chacun selon sa tradition et dans sa propre langue, le même mystère pascal de mort et de résurrection, le même don de l'Esprit.

Avec la Pentecôte, nous avons une sorte de nouvelle Épiphanie. C'est l'Épiphanie de la puissance de l'amour, de l'agapè : à Pâques, nous faisons l'expérience de l'agapè à travers le corps physique du Christ, donné sur la croix et transfiguré dans la résurrection. À la Pentecôte, nous faisons l'expérience de l'agapè à travers son corps ecclésial : le temps de l'Église commence, le temps où le Seigneur est présent parmi nous d'une manière nouvelle. Nous le voyons dans l'Évangile qui vient d'être proclamé : " Jésus vint, se tint au milieu d'eux et leur dit : "La paix soit avec vous !" " (Jean 20,19). (Jean 20, 19). Il se tint debout. On ne dit pas "apparut" mais "se tint". C'est le verbe de la stabilité. C'est une nouvelle manière d'être au milieu de ses disciples.

Et c'est dans l'Eucharistie que Pâques et la Pentecôte se rencontrent. L'Eucharistie célèbre l'amour qui est donné sur la croix, la mort et la résurrection du Christ. En même temps, l'Eucharistie est la célébration de l'Esprit Saint qui rend cet amour visible et concret dans l'Église d'aujourd'hui.

C'est pourquoi les disciples, en voyant les mains et le côté de Jésus, se sont réjouis (20). Car à partir de ce moment-là, ces signes n'indiquent plus la défaite, mais le triomphe de l'amour de Dieu sur toute créature. En effet, en soufflant son Esprit sur les disciples (22), Jésus fait d'eux de nouvelles créatures, une sorte de nouvelle création. C'est l'Esprit qui façonne l'Église, nous unit au corps du Christ, et nous donne ainsi accès à Dieu.

Amour, joie, pardon, paix. L'Évangile de la Pentecôte dit clairement quel est le programme de ceux qui sont de nouvelles créations dans l'Esprit.

Je voudrais à présent adresser une pensée particulière à notre Église, l'Église de Jérusalem. À la Pentecôte, l'Église naît, et elle naît ici, à Jérusalem, dans notre ville. Toutes les Églises dispersées dans le monde sont nées du "oui" au Christ, prononcé ici même à Jérusalem par quelques pêcheurs et quelques-uns de leurs amis. Ils étaient peu nombreux, effrayés, non préparés, avec des idées profondément différentes sur le Christ, sa mission et par conséquent les leurs. Ils étaient également persécutés et incompris par la plupart.

Pourtant, si nous sommes ici aujourd'hui, c'est grâce à ce "oui", dit par ces personnes qui, humainement parlant, n'auraient rien pu faire de frappant.

Cela ressemble à une description de notre Église de Jérusalem aujourd'hui : nous sommes peu nombreux et sans aucun pouvoir humain, divisés en de nombreuses Églises différentes, avec des idées profondément différentes sur la mission de l'Église, la politique et bien d'autres choses. Nous ne sommes pas persécutés, mais nous ne pouvons certainement pas dire que nous sommes aimés non plus. Nous n'avons pas un grand élan missionnaire de proclamation. Parfois, nous ressemblons davantage aux disciples encore enfermés dans le cénacle par peur qu'à Pierre qui, avec la parrhesia, proclame à tous que le Christ est Seigneur.

Nous avons alors vraiment besoin de l'Esprit, cette force qui ne peut venir que d'en haut (cf. Lc 24,49), pour nous permettre de redevenir des chrétiens, des bâtisseurs d'un nouveau mode de vie.

Nous avons besoin que Jésus souffle à nouveau son Esprit sur nous et fasse de nous des créatures nouvelles, capables de nous réjouir, de pardonner, de nous transformer en une communauté unie dans l'amour du Christ, de vivre et de témoigner de la paix entre nous, avant même de la demander aux autres.

Je crois que c'est le témoignage qui nous est demandé aujourd'hui : redevenir des témoins de l'amour de Dieu, qui s'est manifesté ici en la personne du Christ, et qui se manifeste aujourd'hui dans l'Église, dans notre communauté, appelée à être un lieu de rencontre entre le ciel et la terre, entre Dieu et l'humanité.

On ne nous demande pas de faire de grandes choses. Les pêcheurs de Galilée, devenus apôtres, n'ont pas fait de grandes choses. Mais ayant fait l'expérience de la joie, de la paix, du pardon et surtout de l'amour, ils ont attiré à eux une multitude de personnes, et créé autour d'eux des communautés de croyants. Il nous est demandé de rendre le même témoignage aujourd'hui. Avant même de nous engager dans des projets, des stratégies, des chemins, des constructions physiques ou autres, nous sommes appelés à dire par notre vie que Jésus est le Seigneur, le Kyrios, et que nous l'avons rencontré.

Dans notre contexte social et politique si déchiré et si fragile, dans un contexte général où semble prévaloir la logique de la possession et de l'exclusion, où la pensée dominante semble être "moi et personne d'autre" (Is 47,8.10), l'Église est appelée à proclamer la force du "nous", de l'unité, d'un amour qui se donne librement, d'un pardon qui sait recréer les relations brisées, d'une paix qui n'est pas de ce monde, mais qui peut y apporter la vraie joie.

Ce n'est pas impossible. Ce ne sont pas des phrases d'accroche, pas des discours utopiques impossibles à réaliser. La Pentecôte n'est pas cela. C'est découvrir que nous avons en nous une force qui n'est pas seulement la nôtre, mais qui nous est donnée : l'amour de Dieu, manifesté dans la croix du Christ. Il nous rejoint encore aujourd'hui dans l'Église, et il peut rendre possible l'impossible.

Demandons le don de cet Esprit, qu'il fasse de nous une nouvelle création et qu'il insuffle à nos cœurs las et fatigués la joie du pardon, de l'amour sincère et de la paix véritable, et que nos communautés deviennent par la puissance de l'Esprit un véritable lieu de rencontre entre le ciel et la terre.

Tags