Méditation de S.B. le Patriarche Pierbattista Pizzaballa: 5ème dimanche de Carême, année C 2022

Par: Pierbattista Pizzaballa - Publié le: March 31 Thu, 2022

Méditation de S.B. le Patriarche Pierbattista Pizzaballa: 5ème dimanche de Carême, année C 2022 Available in the following languages:

Dimanche 3 avril 2022

5ème Dimanche de Carême, année C

 

Dans le passage de lEvangile daujourdhui (Jn 8,1-11), nous voyons Jésus dans le temple de Jérusalem, qui enseigne à la foule venue à lui.

Il siège comme un maître, et cette posture particulière renvoie à Moïse qui, du matin jusquau soir, siégeait dans le campement pour résoudre les questions et tensions qui émergeaient parmi le peuple (Ex 18,13ss). Les gens allaient à lui pour « consulter Dieu », pour connaitre ses décrets et ses lois (Ex 18,16).

Et dans lEvangile daujourdhui nous trouvons également un groupe de personne qui vient à Jésus avec une question liée à la Loi. Ils ont surpris une femme en situation dadultère et savent très bien que la Loi prescrit de la lapider. Ils vont à Jésus, non pour savoir ce que dit la Loi à ce propos, mais plutôt pour lui montrer quils la connaissent très bien.

L’évangéliste nous informe quils ne viennent pas à Jésus pour résoudre un problème (comme le faisaient les israélites dans le désert avec Moïse), mais pour le mettre à l’épreuve et pouvoir laccuser (Jn 8,6). En accusant la femme cest Jésus quils veulent, en réalité, accuser.

La première chose que nous pouvons remarquer est la distance que les accusateurs prennent avec cette femme. Comme sil sagissait de quelquun qui en aucune manière ne concerne leurs propres vies. Ils la placent au milieu (Jn 8,3), lexposent au jugement de tous, puis énoncent sa peine et le désignent avec dédain comme une de « ces femmes là » (Jn 8,5), et cela toujours devant tout le monde.

Comme cela arrive souvent chez ceux qui se considèrent du coté de la vérité, leur comportement se montre insistant (Jn 8,7). Ainsi, lorsque Jésus semble ne pas les écouter, ils ne savouent pas vaincus et continuent à le solliciter.

Ils se tiennent loin de cette femme car ils se sentent loin du péché et du mal. Le péché semble être uniquement celui de cette femme, et celle-ci semble se résumer à son péché.

Jésus commence par annuler la distance entre cette femme et ses accusateurs. Il retire la femme du centre où elle se trouvait seule avec son péché, et la place avec lui et avec tous les autres : « celui dentre vous… » (Jn 8,7). Linvitation de Jésus est celle de reconnaitre que le même péché qui habite cette femme, habite en réalité chacun deux. Cest une invitation à considérer cette femme non plus comme une étrangère, une personne différente que je peux accuser sans me mouiller, mais bien à me reconnaitre en elle, à considérer mon reflet chez elle.

Il sagit de reconnaitre que tout homme est également pécheur devant Dieu. Et que Lui seul peut être juge du cœur de lhomme.

Jésus, au cœur de ce dialogue, reste assis ou plutôt incliné à écrire sur le sol.

Ce geste est tout à fait étrange et nous pouvons y voir deux aspects. Alors que le regard inquisiteur des accusateurs se trouvait fixé sur Jésus et sur cette femme, Jésus ne renvoie pas de regard en réponse.

Puis il écrit par terre. Ce quil trace sur la poussière du sol ne restera pas longtemps. Voilà donc la mémoire qua Dieu de nos péchés. Ils sont comme quelque chose écrit sur le sol, qui disparaît au premier coup de vent.

Cest à partir de là que Jésus se relève, seul, pour parler avec la femme à qui personne navait encore adressé la parole. Il lui pose deux questions qui ont le goût dune libération : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne ta condamnée ? » (Jn 8,10) .

Il ne lui demande rien à propos de son péché, de ce quelle a fait, il ne lui fait aucune remontrance et ne regarde pas vers le passé. Son regard se tourne vers ce qui vient et se porte ce qui adviendra « désormais » (Jn 8,11).

La rencontre de Jésus est un véritable tournant pour tous.

Les accusateurs ne pourront désormais plus accuser personne sans se rappeler d’être également complices du mal quils voient dans lautre. La femme qui semblait ne plus avoir de futur est désormais plongée dans une vie entièrement renouvelée.

Car le futur naît de la rencontre avec un homme qui la regardée avec miséricorde, avec un regard qui a transformé sa vie.

L’évangéliste ne dit rien des sentiments de la femme et de son éventuelle repentance. Le pardon du Seigneur lui est donné absolument gratuitement, sans mérite, et avant toute conversion. Mais cest justement cette expérience qui peut véritablement transformer le cœur et offrir une réelle possibilité de sentir le poids de son propre péché. Cest alors quil devient possible de commencer une nouvelle vie, dans laquelle nous pouvons essayer de redonner lamour que nous avons reçu.

+Pierbattista