Célébrer la présence du Seigneur parmi nous

Par: Cécile Leca/ lpj.org - Publié le: June 16 Thu, 2022

Célébrer la présence du Seigneur parmi nous Available in the following languages:

JERUSALEM – Chaque jeudi après la fête de la Trinité, l’Eglise Catholique Romaine fête la Solennité du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, ou Fête-Dieu, qui célèbre la présence du Seigneur dans l’Eucharistie. En Terre Sainte, cette Solennité a lieu au Saint-Sépulcre, au cours de laquelle le célébrant porte le Saint Sacrement sous un dais, lors d’une procession autour de l’Aédicule.  

Cette année, après la célébration des Vêpres le jour précédent, Sa Béatitude Pierbattista Pizzaballa, Patriarche latin de Jérusalem, a célébré la traditionnelle solennité aux côtés de Mgr. Ilario Antoniazzi, archevêque de Tunis, Mgr William Shomali, vicaire général, Mgr Rafic Nahra, vicaire patriarcal pour Israël, et le P. Nikodemus Schnabel, OSB, vicaire patriarcal pour les migrants et les demandeurs d’asile. Etait également présent Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, évêque émérite du Patriarcat latin, qui a prononcé un discours de remerciement et de félicitations après les laudes et avant le début de la messe, notamment au sujet des jubilés sacerdotaux célébrés cette année. La célébration s’est ensuite poursuivie jusqu’à la traditionnelle procession autour de l’Aédicule, qui compte parmi l’une des plus célèbres de Terre Sainte.

C’est à la demande du pape Urbain IV que Saint Thomas d’Aquin rédige, en 1264, toute l’office et la messe de cette solennité, dont la célèbre séquence latine Lauda Sion ; un résumé poétique de son traité Summa theologica, IIIe partie, question 75, « La conversion du pain et du vin au Corps et au Sang du Christ ». Nous lui devons également la plupart des motets qui enrichissent le répertoire du salut au Saint-Sacrement : Panis Angelicus, O salutaris Hostia, et Tantum ergo.

Dans les pays de tradition catholique, la Fête-Dieu donne lieu à de magnifiques processions où les premiers communiants sont souvent mis à l’honneur, et où les villes se parent de leurs plus beaux atours ; lumières, guirlandes, tapis de fleurs… Tout est fait pour aider les fidèles à prendre conscience du miracle sans cesse renouvelé de l’incarnation et de la transsubstantiation (transformation du pain et du vin en corps et sang du Christ).

« Cette célébration est l’une de mes préférées, » témoigne l’un des fidèles présents parmi l’assemblée, habitant de Jérusalem. « J’y assiste chaque année, car, outre sa beauté, elle concrétise pour moi l’aspect le plus important de la religion chrétienne ; la présence de notre Seigneur en nous et avec nous. »

« Moi je ne connaissais pas du tout cette fête avant de venir ici, » révèle un autre, une jeune femme de nationalité française, en visite. « Avec ma famille, nous célébrons les grandes fêtes traditionnelles ; Pâques, la Pentecôte, Noël… Mais jamais je n’avais entendu parlé de la Fête-Dieu auparavant. C’est une belle découverte… Surtout par le fait de la vivre ici, en Terre Sainte, là où le Christ a vécu et enseigné. »

La Fête-Dieu est cependant loin d’être terminée. La semaine prochaine, Mgr William Shomali célèbrera la fête du Sacré-Cœur de Jésus à Bethléem, dans l’église salésienne de la ville. Après une messe, le vicaire général du Patriarcat latin portera à son tour le Saint-Sacrement à travers les rues de Bethléem, jusqu’à la Basilique de la Nativité, permettant aux fidèles de contempler et d’honorer par leurs prières la présence réelle de Dieu dans le monde.