Coronavirus : situation à Jérusalem. Dernières mises à jour

Par: Layal Hazboun / LPJ - Publié le: March 18 Wed, 2020

Coronavirus : situation à Jérusalem. Dernières mises à jour Available in the following languages:

JERUSALEM - La Ville sainte de Jérusalem a connu des bouleversements sans précédent ces derniers jours. Elle est non seulement vide de ses pèlerins et de ses touristes, mais aussi d'une grande partie de ses habitants, surtout après la fermeture des écoles (y compris les écoles chrétiennes), des instituts et universités, et l'annulation de toutes les réservations d'hôtel pour les mois de mars et avril, ces mois qui voient habituellement une augmentation considérable du nombre de pèlerins venant du monde entier pour célébrer la Résurrection de Jésus en Terre Sainte. Cela  affectera bien évidemment le secteur du tourisme, notamment les magasins de souvenirs, les offices du tourisme, les hôtels et les restaurants.

De nombreux restaurants ont déjà fermé, tandis que les autres n'offrent que des services de livraison. Des procédures de stérilisation ont également été entreprises dans certaines parties de la ville comme à la Porte de Damas, mais aussi sur la Via Dolorosa et à l'église du Saint-Sépulcre situées dans la Vieille ville,

Cette mesure a été prise après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a publié, le samedi 14 mars 2020, des règles de précaution afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. Ces règlements comprennent l'interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes, et la fermeture de tous les établissements d'enseignement, y compris les groupes de jeunes et les activités extrascolaires, à partir du dimanche 15 mars 2020.

Le ministère israélien de la santé a ordonné la fermeture des gymnases, des piscines, des parcs d'attractions, des zoos, des salles de conférence, des sites patrimoniaux et de toutes les autres zones de loisirs. Le lundi 16 mars 2020, B.Netanyahu a émis des directives supplémentaires imposant l'état d'urgence au secteur public, tandis que le secteur privé devra limiter le nombre de ses employés, en envoyant 70 % d'entre eux travailler à domicile. L'état d'urgence ne s'applique pas aux supermarchés, aux pharmacies, aux banques et aux institutions d'aide sociale.

L'interdiction des rassemblements de plus de dix personnes s'applique également aux activités religieuses, en tenant compte du maintien d'une distance de deux mètres entre les personnes. Le ministère de la santé a également recommandé que les personnes s'abstiennent d'utiliser les transports publics autant que possible.

La publication de ces règlements est intervenue après l'augmentation du nombre d'Israéliens diagnostiqués du coronavirus, qui a atteint les 427 le mercredi 18 mars 2020 au matin. Cinq malades sont actuellement dans un état grave, les autres souffrant de symptômes légers, tandis que 11 se sont complètement rétablis et que plus de 200 sont actuellement hospitalisés.

Selon le ministère de la Santé, plus de 50 000 Israéliens sont en quarantaine.

Malgré la désapprobation de beaucoup, le gouvernement israélien a déclaré son intention d'utiliser des outils numériques pour surveiller les téléphones portables, afin de s'assurer que les gens respectent la quarantaine, et d'informer les autres personnes qui ont été proches d'une personne diagnostiquée avec le virus au cours des deux dernières semaines avant le diagnostic.

Le jeudi 5 mars 2020, le Patriarcat latin de Jérusalem a publié des directives de précaution pour réduire la propagation du coronavirus, qui ne se limite pas seulement aux "paroisses, églises, chapelles, maisons religieuses et tout autre lieu de culte sur le territoire de Bethléem, Beit Jala, Beit Sahour et Jéricho", mais aussi "à l'ensemble du territoire de la Palestine".

L'Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre Sainte a également publié, le vendredi 13 mars 2020, des directives supplémentaires à l'intention de toutes les paroisses et églises, notamment l'exhortation à respecter les instructions des autorités civiles, à éviter les rassemblements, à s'abstenir d'embrasser les icônes et statues sacrées, à ne pas se serrer la main, et d'autres directives de précaution.

Le dimanche 15 mars 2020, le Vatican a annoncé que les négociations de la Semaine Sainte à Rome se dérouleraient sans la présence physique des fidèles, suite à la terrible épidémie de virus en Italie. Toutefois, les audiences générales et l'Angelus présidé par le Saint-Père seront disponibles en direct sur le site officiel de "Vatican News", jusqu'au 12 avril.

À Jérusalem, terre de la Passion et de la Résurrection du Christ, où des milliers de pèlerins convergent chaque année pour célébrer Pâques et la Semaine Sainte, les célébrations de cette année devraient être marquées par des mesures préventives et restrictives. Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, a déclaré "Nous éprouvons tous un grand sentiment d'impuissance, nous voudrions faire beaucoup de choses, mais nous sommes impuissants, et nous devons peut-être lever les yeux et confier au Seigneur ce que nous ne pouvons pas faire. Dans le monde juif, pour que la prière soit valable, elle est appelée en hébreu "Minyan", un groupe d'au moins dix hommes requis pour le culte public juif. Et je pense qu'à l'heure actuelle, nous aussi, les chrétiens, devons nous joindre à cette ancienne tradition, en étant au moins dix, donc en maintenant un minimum communautaire"

Concernant les célébrations de la Semaine Sainte, il a ajouté : "Nous réfléchissons à la manière de célébrer la Semaine Sainte. C'est inédit donc c'est une grande surprise pour nous aussi. Fermer le Saint-Sépulcre n'est pas une option, nous devrions donc expérimenter une manière de prier tout en respectant la loi. Le Saint Sépulcre est très grand, peut-être pensons-nous à faire deux ou trois groupes de dix maximum, séparés les uns des autres, en abandonnant les processions traditionnelles, et en allant à l'essentiel de la célébration de l'Eucharistie, des mystères qui sont célébrés pendant la Semaine Sainte".

Pour leur part, les institutions islamiques de Jérusalem ont déclaré, le dimanche 15 mars 2020, la fermeture de la mosquée Al-Aqsa et des autres mosquées de l'enceinte, dont le Dôme du Rocher, à titre de précaution pour prévenir tout risque de transmission du coronavirus. Toutes les prières se dérouleront sur la vaste esplanade de la mosquée, en tenant compte de la distance de deux mètres les uns des autres. La fermeture comprend 5 mosquées.

Le dimanche 15 mars 2020, des hauts fonctionnaires de police israéliens se sont rendus au domicile du rabbin lituanien ultra-orthodoxe Chaim Kanievsky, chef de la communauté Haredi, après que celui-ci a violé les règlements émis par le ministère de la Santé, en maintenant ouvertes les écoles du Talmud Torah qui accueillent des dizaines de milliers d'étudiants. Il s'est ensuite engagé à respecter les mesures du ministère en limitant le nombre d'étudiants rassemblés à dix à la fois. Des dirigeants d'autres branches du judaïsme ont respecté les fermetures.

En Jordanie, le Conseil des chefs d'église a pris des mesures le samedi 14 mars 2020 afin d'empêcher la propagation du coronavirus. Ces mesures comprenaient la suspension de toutes les messes et prières dans les églises pendant deux semaines, la limitation des funérailles aux proches du défunt, l'arrêt de toutes les activités et rassemblements religieux pendant deux semaines, et la limitation des cérémonies de fiançailles aux couples et à leurs familles à leur domicile.