Le Diocèse célèbre Notre-Dame de Palestine à Deir Rafat

Publié le: October 28 Mon, 2019

Le Diocèse célèbre Notre-Dame de Palestine à Deir Rafat Available in the following languages:

DEIR RAFAT – Le dimanche 27 octobre 2019, des centaines de personnes venues de toute la Terre Sainte, mais aussi des quatre coins du monde se sont rassemblées au sanctuaire marial de Deir Rafat. Un moment intense, empli de joies pour tous ces fidèles réunis à l’occasion de la traditionnelle fête de Notre-Dame de Palestine.

Le temps était particulièrement clément, dans cette localité du centre d’Israël, au nord-ouest de Beit Shemesh, où la foule s’était retrouvée au Monastère de Deir Rafat, propriété du Patriarcat latin de Jérusalem, pour célébrer la Solennité de la Vierge Marie, Reine de Palestine et Patronne principale du Diocèse.

Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin, a présidé la messe entouré des vicaires patriarcaux, Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo et le père Hanna Kildani, mais aussi de Mgr Kamal Batish, Evêque émérite, P. Ibrahim Shomali, P. Pietro Felet, ainsi que de l’Evêque du diocèse de Liège, Mgr Jean-Pierre Delville. Ce dernier accompagnait une délégation de Chevaliers et Dames de l’Ordre du Saint-Sépulcre venus du Belgique qui assistaient aux célébrations au premier rang. P. Yacoub Rafidi et P. Francesco Voltaggio, respectivement recteur du Séminaire Patriarcal de Beit Jala et recteur du Séminaire Mater Redemptoris en Galilée ont également concélébré la messe.

Dans son homélie, Mgr Pizzaballa a rappelé la présence de Dieu dans les « plus petits évènements de notre vie de tous les jours », et est longuement revenu sur la Visitation de Marie à sa cousine Elisabeth, simple visite familiale. « On peut se sentir stérile comme Elisabeth, ou surpris comme l’a été Marie, mais dans tous les cas, Dieu peut changer notre situation ». L’Administrateur apostolique a souligné la présence de toutes les communautés religieuses, fait très rare qu’il a attribué à la présence de la Mère, Marie, Reine de Palestine : « Dans toutes les familles, on se réunit quand la mère est présente. Lorsque la mère est absente, il est difficile de réunir toute la famille ».

Prononcée en arabe et en anglais, la messe a été concélébrée par de nombreux prêtres et religieux venus de tout le diocèse qui ont été accueillis sous les chants du Chœur des bergers de Beit Sahour dirigé par George Salsa.

Majoritairement palestinienne, la foule comptait de nombreux fidèles étrangers, volontaires au service du Diocèse, Chevaliers de l’Ordre-Equestre du Saint-Sépulcre et pèlerins convergeant à Deir Rafat pour célébrer la Solennité de la Vierge Marie. Pour certains d’entre eux, comme les Sœurs de Bethléem qui gèrent le monastère, cette fête est aujourd’hui une habitude que l’on attend toujours avec beaucoup d’enthousiasme et d’impatience. D’autres au contraire, assistaient à l’évènement pour la première fois. Ainsi pour Rémi de la Presle, jeune séminariste français et volontaire au Centre Sainte-Rachel de Jérusalem, tout était nouveau et incroyable : « J’ai pu accompagner la procession aux côtés des autres con-célébrants. Un moment inoubliable ».

Comme chaque année en effet, la messe a été suivie d’une très belle procession derrière la statue de Marie Reine de Palestine. Mgr Pizzaballa tenait dans ses mains une icône de la Vierge que les fidèles étaient invités à venir toucher et embrasser.

Approuvée en 1933 par le Pape Pie XI, La Solennité de Notre-Dame de Palestine est aujourd’hui encore un temps fort pour les fidèles de Terre Sainte et tous ceux qui aspirent à une paix durable dans cette région.

Geoffroy Poirier-Coutansais