La Société de l’Annonciation grecque-catholique cible l’échec scolaire des jeunes de Jérusalem par un projet éducatif

Publié le: June 04 Mon, 2018

La Société de l’Annonciation grecque-catholique cible l’échec scolaire des jeunes de Jérusalem par un projet éducatif Available in the following languages:

JERUSALEM – Depuis six ans, la Société de l’Annonciation grecque-catholique de Jérusalem travaille, à travers son projet éducatif, à la réduction de l’échec scolaire des jeunes. Elle offre aussi aux mères de ces jeunes des sessions de sensibilisation et des activités sociales. 

Le projet, qui est financé par la Mission pontificale, la Welfare Association et maintenant par le Patriarcat latin de Jérusalem, vise à réduire le taux d’échec scolaire chez 200 à 300 élèves en leur proposant des cours de soutien et des activités extrascolaires comme par exemple des voyages éducatifs dans des musées et des sites historiques avec des guides touristiques certifiés.

«  Notre objectif en proposant ces voyages et visites éducatives, est d’ouvrirles horizons de ces jeuneset de les inciter à réfléchir et à être curieux », expliqueTania Awwad, la directrice de la Société.

Les élèves, qui ontentre 12 et 17 ans, souffrent pour la plupart de difficultés d’apprentissage et obtiennent desnotes faibles dans les principales matières que sont l’arabe, l’anglais, les mathématiques et la chimie. Pour les aider du mieux possible, la Société de l’Annonciation grecque-catholique met à leur disposition des formateurs professionnels qui ont une longue expérienceen tant qu’enseignants et éducateurs. Elle travaille aussi avec de nombreuses écoles chrétiennes qui mettent à leur disposition une formation, le matériel nécessaire ainsi qu’un conseiller d’orientationqui accompagne le jeune tout au long de la prise en charge.

La Société s’efforce également d’offrir aux mères de ces jeunes adolescents des séances de sensibilisation à différents enjeux sociaux. « L’année dernière, a dit Tania, nous avons demandé à la Société Saint-Yves de donner une conférence sur les droits que les mères ont en vertu de la loi d’assurance nationale. »

Des cours de yoga sont aussi proposés par la Société. Ils sont souvent un point de rencontre pour les mères qui peuvent ainsi se soutenir mutuellement.

Le projet éducatif propose aussi un programme contre le harcèlement sexuel. Il forme tous ceux qui le suiventà le contrer efficacement. « Il proposedes ateliers et des conférences en direction detrois groupes cibles : les parents, les enseignants et les élèves », préciseTania. « Il est parfois difficile de réunir tous les parents, mais nous travaillons avec des professionnels dans une école à la fois. Je pense que c’est un programme très important pour que ces trois groupes sachent comment réagir aux cas de harcèlement sexuel. »

En plus du projet éducatif, la Société gère une crèche et une école maternelle. Elle met aussi en œuvre d’autres projets qui profitent aux femmes, aux enfants et aux familles de toutes les religions à Jérusalem comme le service de repas chauds à douze personnes âgées qui vivent seules et qui ne peuvent cuisiner pour elles-mêmes. En signe de soutien et d’encouragement, Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin, a rendu visite à la Société pendant son récital de Noël, il y a un an et demi.

Compte tenu du coût élevé de la vie à Jérusalem et de la nature non lucrative de la Société, la gestion des différents projets est toujours remise en question et il arrive parfois que des programmes soient suspendus par manque de ressources.

« Nous sommes souvent à court de fonds et nous devons arrêter le programme », regrette Tania. « Cependant, c’est la première année où nous avons pu maintenirnotre projet de rattrapage scolaire. C’est bien sûr grâce à l’aide nouvelle des chevaliers belges du Saint-Sépulcre et au soutien continu de la Mission Pontificale. »

Saher Kawas

Projet éducatif

 

 

Mgr Pizzaballa lors de sa visite à la Société de l’Annonciation grecque-catholique