Homélie pour la Solennité de la Fête Dieu

Par: Pierbattista Pizzaballa - Publié le: June 16 Thu, 2022

Homélie pour la Solennité de la Fête Dieu Available in the following languages:

Solennité de la Fête Dieu
Jérusalem, Saint-Sépulcre, 16 juin 2022
Gen 14:18-20 ; 1Cor 11:23-26 ; Lc 9:11-17

Chers frères et sœurs,

Révérendissimes Excellences et prêtres,

que le Seigneur vous donne la paix !

La célébration de cette solennité, chaque année ici au Saint-Sépulcre, nous ramène au cœur de la mission de l'Église et de la vie sacerdotale de chacun d'entre nous. 
Le passage de l'Évangile, riche de nombreux points de réflexion et de prière, nous aide également cette année à comprendre le sens de ce Mystère de la foi, l'Eucharistie, et sa relation avec notre contexte de vie.

Je ne prends qu'un seul point comme référence : "Renvoyez la foule pour qu'elle aille dans les villages et les campagnes environnantes, pour y séjourner et trouver de la nourriture : nous sommes ici dans une zone déserte" (Lc 9,12). Une foule de plus de cinq mille personnes a suivi Jésus toute la journée, dans une zone désertique, dans la chaleur torride de cette terre que nous connaissons tous. C'est le soir, et ils sont donc fatigués et affamés. Les disciples, légitimement inquiets, invitent Jésus à s'arrêter là.

Les gens, bien qu'affamés, accablés par la chaleur et la fatigue d'une longue journée, ne partent pas, ne rentrent pas chez eux, mais restent là, près de Jésus, désireux de continuer à écouter sa parole. Cela signifie que ces personnes n'avaient pas seulement une faim physique. Ils avaient une autre faim, bien plus profonde. L'inconfort de la chaleur et de la faim n'était rien comparé à ce qu'ils recevaient de Jésus. Ils avaient faim des paroles de vie. La présence et la parole de Jésus ont rempli leur cœur d'un vide bien plus grand que la faim ordinaire.

"Seigneur, à qui irons-nous ? Vous avez des paroles de vie éternelle" (Jn 6,68). Les paroles de Jésus sont des paroles de vie éternelle, qui donnent un sens à l'existence humaine, qui touchent le cœur, souvent chargé de soucis et de questions, et qui apportent un soulagement. Car l'homme est créé pour le ciel, sa destination est la vie éternelle avec Dieu, et seules les paroles de vie éternelle peuvent répondre au profond désir qui habite le cœur de chacun d'entre nous. Seules ses paroles sont des réponses aux questions les plus profondes de chaque homme.

Le monde d'aujourd'hui n'est pas si différent de celui d'alors. Aujourd'hui encore, nous assistons à des crises internationales continuelles, à des luttes fratricides qui risquent d'affamer concrètement des populations entières à travers le monde. Aujourd'hui encore, la faim est une réalité douloureuse dans de nombreuses régions du monde, et elle est souvent le résultat de l'égoïsme, de politiques à courte vue ou, pire, de l'indifférence. En bref, dans le monde et parmi nous, il y a encore beaucoup de gens qui ont faim, comme la foule de l'Évangile d'aujourd'hui.

Mais il y a une faim encore plus grande, la faim de paroles de vie, qui apportent réconfort et soulagement à tant de cœurs fatigués. Même parmi nous, en Terre Sainte, par exemple, il est toujours si difficile d'être crédible lorsque nous parlons d'espoir, de confiance, d'avenir. Nos cœurs sont souvent si chargés de douleur et de solitude.

Avec la solennité d'aujourd'hui, l'Église nous rappelle une grande vérité, que nous ne devons jamais oublier et qui est au cœur de notre mission : sans Jésus, le monde aura toujours faim, car il est la vraie et l'unique source d'apaisement. 

Dans l'Eucharistie, nous célébrons ce don ineffable, sa présence parmi nous, le don de sa vie même, sa mort et sa résurrection. Dans l'Eucharistie, nous avons l'irruption de la vie éternelle dans la nôtre. Nous avons la réponse à la faim réelle et profonde de l'homme. Et seule cette réponse pourra soutenir, avec force, constance et courage, notre action pour la justice, pour la paix, pour le droit de tout homme à une vie digne, à la hauteur de sa vocation de personne créée à l'image et à la ressemblance de Dieu.

La célébration de la mort et de la résurrection de Jésus, ici au Saint-Sépulcre, rappelle également à notre Église que, tout comme la foule de l'Évangile était attachée aux paroles de vie de Jésus, il doit en être de même pour nous aujourd'hui : c'est d'ici, du Saint-Sépulcre que doivent partir toutes nos initiatives, c'est ici que nous devons toujours revenir, et c'est autour de ce Lieu et de ce mystère que nous devons construire nos projets. La vie de notre Église doit toujours être centrée sur le mystère eucharistique, tant dans la célébration du mystère lui-même que dans la vie de chaque jour, en étant proche de chaque personne. Elle doit continuellement devenir un don de soi pour la vie du monde. 

Mais il n'y a pas d'Eucharistie sans sacerdoce.

Ce sont les prêtres qui rompent le pain pour nous, qui apportent chaque jour la présence du Christ dans la vie du monde. Le prêtre est appelé à être une rencontre entre la vie du Christ et la vie du monde. Sa vie n'est rien d'autre que cela, être un don de lui-même pour la vie de sa communauté. On disait autrefois que le prêtre célébrait "in persona Christi". Mais ce "in persona Christi" concerne toute sa vie, et pas seulement le moment de la célébration. Tout prêtre est appelé à devenir lui-même pain rompu et à faire don de sa vie, à proclamer des paroles de vie éternelle, c'est-à-dire la Parole de Dieu, et à en vivre.

La communauté chrétienne continuera d'exister, avec toutes ses limites et ses maux, tant qu'il y aura des prêtres qui, dans la vie et dans la célébration, rompent le Pain  du Ciel.

Nous remercions donc tous nos prêtres, ceux qui sont présents ici et ceux qui, pour diverses raisons, ne peuvent être parmi nous, et qui célèbrent ici leur jubilé. Nous les remercions tout d'abord pour leur fidélité. Dans les moments de joie et de tristesse, de partage et de solitude, ils ont continué à donner leur vie au Christ et à l'Église et, ce faisant, ont apporté la vie à leurs communautés.

Ils sont remerciés par les différentes communautés dans lesquelles ils ont servi, car à travers eux, ils ont fait l'expérience de la présence du Christ, de sa consolation, de son pardon.

Notre Église Mère de Jérusalem les remercie : que leur exemple, leur témoignage et leur joie, incitent d'autres personnes à suivre leur exemple et apportent des paroles de vie éternelle dans la vie de notre communauté.
Que la Mère de Jésus et notre Mère, intercède pour nous tous, et qu'elle nous accompagne de sa protection dans la vie de notre Église.