La Christmas Peace March sur les pas de Marie et Joseph

Par: Cécile Leca/ lpj.org - Publié le: December 15 Wed, 2021

La Christmas Peace March sur les pas de Marie et Joseph Available in the following languages:

JERUSALEM – Chaque année, pendant la période de Noël, des expatriés indiens se rassemblent aux portes de la Vieille ville pour marcher ensemble vers Bethléem.

L’évènement a habituellement lieu tous les ans. Et si en 2020, aucune marche n’a pu se faire en raison de la pandémie, l’Indian Chaplaincy in the Holy Land a repris son habitude dès l’année suivante. Ce samedi 11 décembre, de nombreux chrétiens vivant en Terre Sainte se sont ainsi retrouvés pour effectuer une grande marche vers la ville natale du Christ. Si la grande majorité sont des Indiens expatriés, les étrangers sont également accueillis à bras ouverts.

Emblématique, cette marche vise à retracer le chemin de Marie et Joseph, qui, par ordre impérial, furent obligés de se rendre à Bethléem pour s’y faire recenser alors que Marie était enceinte du Christ. Si aujourd’hui, le paysage n’a plus grand-chose à voir avec ce qu’a connu la Sainte Famille, l’évènement reste un symbole fort de Noël et une belle occasion de partager un moment d’unité chrétienne… et surtout festive !

Car la Christmas Peace March est bien loin de l’image que l’on se fait du périple de la Vierge Marie et de St Joseph. Chaque année, les participants sont en effet plus d’une centaine à se trouver à la Porte de Jaffa. Souvent affublés de bonnets de Père Noël (voire du costume complet !), échangeant rires, chants et prières et lâchant dans les cieux des grappes de ballons gonflés à l’hélium, ils forment un groupe hétéroclite qu’il est difficile de ne pas remarquer.  

Toute au long de la marche, et ce jusqu’au checkpoint, des voitures accompagnent le groupe pour faciliter la traversée des grandes rues. De la musique s’élève d’une énorme enceinte que traîne à tour de rôle un monsieur et une jeune femme.  À mi-parcours, on s’arrête pour prendre un verre de jus d’orange et grignoter une petite madeleine au chocolat. Certains ont apporté des casse-croûtes plus consistants, qu’ils s’empressent de partager avec les autres.

Petit à petit, les gens enlèvent leurs pulls et leurs manteaux. Certains devancent le cortège pour le mitrailler de photos. Lorsque le groupe atteint le checkpoint, il est déjà presque midi. La Christmas Peace March s’engage alors dans la Star St., rue qu’auraient emprunté Marie et Joseph, puis les rois-mages après eux, en arrivant à Bethléem. Enfin, le parcours prend fin et se termine sur la place centrale de la ville, Manger Square (littéralement la « Place de la Mangeoire »). Le Fr. Pradeep, un des responsables, adresse à tout le monde un grand remerciement en hindi et en anglais puis indique les horaires des messes qui vont suivre. Tout le monde s’éparpille ; c’est la fin de la Christmas Peace March. Mais ce n’est que la fin de la matinée, et il reste plein de temps pour explorer la ville qui a vu naître le Christ.

« Ça fait huit ans que je vis ici, et je repars en Inde l’année prochaine. C’est donc peut-être la dernière année que je fais ça – ça fait des années que je participe, » confie une des marcheuses. La Christmas Peace March est en effet un bon moyen de rencontrer du monde et de se retrouver. Mais, qu’on fasse ou non partie de l’Indian Chaplaincy, c’est aussi une excellente opportunité pour découvrir Jérusalem-Bethléem autrement, tout en participant à un évènement chrétien riche de sens et de symbolique.