Le Jubilé de diamant de Mgr Salim Sayegh a été célébré au Centre Regina Pacis à Amman

Publié le: October 23 Wed, 2019

Le Jubilé de diamant de Mgr Salim Sayegh a été célébré au Centre Regina Pacis à Amman Available in the following languages:

AMMAN – Le vendredi 18 octobre, à l’église du Bon Pasteur du Centre Notre-Dame-de-la-Paix, Mgr Salim Sayegh a célébré  le 60e anniversaire de son ordination sacerdotale qui s’était tenue le 28 juin 1959 dans la co-cathédrale du Patriarcat latin de Jérusalem.

Le Centre Notre-Dame-de-la-Paix à Amman, où s’est déroulée la cérémonie, a été fondé dans les années 1990 par Mgr Salim Sayegh lui-même, dans le cadre de son long et actif travail pastoral qui fête cette année son 60e anniversaire. Une date importante, qui témoigne du travail infatigable commencé par ce prêtre en juin 1959 ; un long voyage au cours duquel il perçoit lui-même la grâce de Dieu, soulignant dans son homélie que, si soixante années peuvent sembler longues, ellles ne sont en réalité qu’ “une goutte d’eau dans l’océan”.

Mgr Giacinto-Bolous Marcuzzo, Vicaire patriarcal pour Jérusalem et la Palestine, Mgr William Shomali, Vicaire Patriarcal pour la Jordanie, S.B. Mgr Fwad Twal, Patriarche émérite de Jérusalem, Mgr Mauro Lalli, Conseiller de la Nonciature apostolique d’Amman, Don Shawqi Batarian, juge ecclésiastique à Amman et recteur du Regina Pacis Center, ainsi qu’une dizaine de prêtres du Patriarcat ont concélébré la messe.

Étaient également présents quelques diacres permanents et un bon nombre de religieux, dont les Sœurs Salésiennes et les Consacrées de l’Ordo Virginum, responsables du centre pastoral. C’est Mgr Sayegh lui-même qui a promu les diacres permanents et l’institution de l’Ordo Virginum en Jordanie. D’autres sœurs de différentes congrégations étaient présentes : les religieuses du Rosaire, de Sainte Anne, les Missionnaires de la Charité (de Mère Teresa) ainsi que les mouvements apostoliques des Focolari et des Sermig.

La cérémonie était très intime. L’événement a été célébré dans une atmosphère de prière, de recueillement et d’amitié, en harmonie avec le style sobre et mesuré de Mgr Sayegh. Les chants ont été animés par le chœur de Fuheis. L’homélie était aussi très spirituelle et de style simple, concentrée autour des deux aspects principaux du prêtre : l’aspect christocentrique et l’aspect forcément transcendantal.

A la fin de la messe a eu lieu l’échange traditionnel de “Mabruk”, que l’Evêque Sayegh voulait voir se dérouler dans l’Eglise. Certaines accolades de bons vœux étaient touchantes, notamment celle avec son “gendre” d’ordination sacerdotale, Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo.

Depuis le 28 juin 1959, date de son ordination sacerdotale, le parcours personnel de Mgr Sayegh a été très riche et édifiant. Parallèlement à son sacerdoce, il a travaillé comme juriste, étudiant le droit canonique à Rome dans les années 60, puis occupant d’importantes fonctions institutionnelles : juge à la cour ecclésiastique, professeur de droit canonique au séminaire et cérémonier patriarcal. En 1971, il obtient son doctorat en droit canonique, puis présente et publie une thèse intitulée “Le Statu quo des Lieux Saints: Nature juridique et portée internationale”.

En 1976, il est nommé recteur du séminaire patriarcal latin de Beit Jala, le premier du clergé diocésain après 35 ans de mandat (administration, enseignement et direction) des Pères Bétharramites.

Sa nomination épiscopale est annoncée en décembre 1981, et son ordination a lieu à l’Epiphanie de 1982 dans la Basilique Saint-Pierre au Vatican, aux mains du Pape Jean-Paul II. En même temps, il est nommé Vicaire patriarcal Latin pour la Jordanie par le Patriarche Giacomo Beltritti. Parallèlement à son engagement pastoral, Mgr Sayegh a créé le nouveau vicariat à Suweifieh, fondé le Centre Regina Pacis, promu les vocations, en particulier les diacres permanents, institué en Jordanie l’Ordo Virginum, et posé les premières fondations pour la création d’un conservatoire de musique et d’une université catholique, qui prendra plus tard le nom “American University of Madaba” (AUM).  Il est également l’auteur d’une intéressante publication sur les sites sacrés de cette partie de Terre Sainte : “Jordan, Pilgrim’s Guide” (Jordanie, Guide du Pelerin).

Ayant atteint l’âge canonique, il démissionne de son poste d’évêque auxiliaire en 2011, après avoir dirigé le Vicariat patriarcal de Jordanie pendant 30 ans. Depuis, Mgr Salim vit dans “son” centre, comme aumônier des Sœurs franciscaines CIM, prédicateur de diverses retraites spirituelles et promoteur de la spiritualité eucharistique de la Pauvre Claire Sr Marie de la Sainte Trinité dont il a déjà publié trois livres : “Colloquio interiore” (traduction arabe), “E’ l’amore che conduce alla follia”, “Come un respiro”.

Filippo De Grazia

Photo de Osama Toubasi ©