Le Patriarcat latin célèbre le 150ème anniversaire de ses écoles en Jordanie

Publié le: October 10 Thu, 2019

JORDANIE Le samedi 5 octobre, au Centre Notre-Dame de la Paix, l’administration des écoles du Patriarcat latin en Jordanie célébrait le 150ème anniversaire de l’ouverture de sa première institution éducative en Jordanie.

La cérémonie s’est déroulée sous le patronage du Vice-Premier ministre, le Dr Raja’i Mu’asher, en présence du Vicaire patriarcal latin pour la Jordanie, Mgr William Shomali, de l’archevêque nonce apostolique de Jordanie, Mgr Alberto Ortega Martín, du Patriarche émérite Fouad Twal, du père Rif’at Bader, Directeur du Centre catholique pour les études et les médias (CCSM) en Jordanie, de plusieurs évêques et prêtres, ainsi que des collaborateurs des écoles du Patriarcat en Jordanie.

Dans son allocution, le Directeur général des écoles du Patriarcat latin en Jordanie, le P. Wissam Mansour, a rendu grâce à Dieu de les avoir bénis tout au long des 150 dernières années depuis l’installation des écoles du Patriarcat en Jordanie, en particulier dans la ville de Salt en 1869. Il a évoqué l’existence de 25 écoles et 18 jardins d’enfants « au service de l’humanité », précisant que 11 000 élèves chrétiens et musulmans y étaient inscrits.

Il a ajouté que ces écoles avaient ouvert une ère nouvelle, faisant ainsi référence aux sacrifices réalisés par les prêtres du Patriarcat pour sortir la société de l’analphabétisme et pour enraciner les valeurs arabes et le visage de la chrétienté qui ont toujours été présents dans la société jordanienne. Il a fait remarquer que le partenariat avec les Sœurs du Rosaire avait permis l’accès à l’éducation pour les jeunes filles.

Le père Wissam a souligné le rôle des écoles du Patriarcat latin dans les liens étroits qui ont été tissés avec la patrie et les dirigeants hachémites. Des écoles qui, selon les mots du père Rif’at Bader, « donnent vie à l’esprit national et au sentiment d’appartenance à la terre arabe ». Le Directeur général a par ailleurs mentionné leurs efforts dans l’enseignement des valeurs essentielles à la fraternité au sein des différentes composantes de la société jordanienne, notamment les musulmans et les chrétiens.

Le P. Wissam Mansour a conclu son discours en exprimant sa gratitude envers le Ministère de l’éducation dirigé par Sa Majesté le Roi Abdallah.

Le Patriarche émérite a pour sa part remercié le Seigneur Tout-Puissant pour la gratuité des écoles au milieu du 19ème siècle et le but non lucratif qui est le leur aujourd’hui. Il a ajouté que le rôle éducatif des écoles du Patriarcat latin avait été étendu il y a dix ans avec la création de l’Université américaine de Madaba.

Un spectacle visuel a été proposé par le CCSM, ainsi qu’un hommage aux enseignants et aux meilleurs élèves, en plus des spectacles musicaux présentés par les étudiants des écoles du Patriarcat latin à Marka et Jubaiha.

Dans le même esprit que le Directeur général, le père Rif’at Bader, s’exprimant sur abouna.org, a loué la contribution de ces écoles privées dans la progression du niveau d’éducation en Jordanie ainsi que dans le développement intellectuel et spirituel de la société jordanienne. Leur attention portée au développement de l’identité nationale, leur éclectisme et les valeurs de tolérance qu’elles ont contribué à diffuser font selon lui de ces écoles « le meilleur moyen de combattre toutes les formes d’extrémisme »

Geoffroy Poirier-Coutansais, d’après abouna.org