Le Patriarche Pizzaballa à l'occasion de la Fête-Dieu : "L'Eucharistie est le mode de vie habituel"

Publié le: June 04 Fri, 2021

Le Patriarche Pizzaballa à l'occasion de la Fête-Dieu : "L'Eucharistie est le mode de vie habituel" Available in the following languages:

JÉRUSALEM - Le jeudi 3 juin 2021, Sa Béatitude Pierbattista Pizzaballa, Patriarche latin de Jérusalem, a présidé la Sainte Messe en la Solennité du Corpus Christi, qui est célébrée chaque année le jeudi après le dimanche de la Sainte Trinité, en commémoration solennelle de la présence réelle du Corps et du Sang du Christ dans l'Eucharistie. 

La fête, également connue sous le nom de Solennité du Corps et du Sang du Christ, a été concélébrée par Mgr Boulos Marcuzzo, les Pères Rafic Nahra, Jamal Khader, Yacoub Rafidi, Ibrahim Shomali, Firas Abedrabbo, ainsi que par plusieurs prêtres du Patriarcat latin et des frères Franciscains, en présence de nombreux Religieux et Religieuses parmi l’assemblée des fidèles.

Dans son homélie, le Patriarche Pizzaballa a fait référence au "même Évangile que l'Église proclame le soir du Jeudi Saint, en mémoire de la dernière Cène, qui nous ramène aux jours de la Passion : Jésus offre son corps et son sang, c'est-à-dire sa vie ; il l'offre dans un geste extrême d'amour, comme signe d'alliance, comme nourriture de salut, comme principe de vie nouvelle pour tous."

Le patriarche a ajouté : " L'amour que nous célébrons dans le mystère, peu à peu, est devenu aussi l'amour que nous célébrons dans la vie, un amour qui a acquis au fil du temps la saveur de l'expérience concrète de la vie, un pain qui, avec le blé et l'eau, a aussi acquis le goût de la sueur et des larmes, mais qui, pour cette raison, devient plus "réel", parce qu'il unit la vie au mystère que nous célébrons et ainsi l'Eucharistie devient vraie, une véritable offrande de vie et pas seulement un rituel. L'Eucharistie n'est pas seulement un geste occasionnel, un moment de la vie de Jésus et de la nôtre : elle est plutôt le style, la manière habituelle de vivre. Une manière d'être dans la vie, en la prenant dans ses mains, telle qu'elle est, pour l'offrir en cadeau, pour la donner."

Le patriarche Pizzaballa a conclu en priant l'Eucharistie d'être la source du témoignage d'amour et de rencontre en dépit de tout, et de rendre notre Église capable de construire et de regarder vers l’avenir avec confiance.

Cette année, à l'occasion de la Fête-Dieu, le diocèse de Jérusalem célèbre également les jubilés d'argent et d'or de l'ordination sacerdotale de certains prêtres et frères. Le Père Ibrahim Shomali, le Père Bashir Bader, le Père Yacoub Rafidi et le Père Gabriel Romanelli célèbrent leur jubilé d'argent (25 ans). Le Père Farah Hijzin et le Père Raymond Camilleri, ofm, célèbrent tous deux leur jubilé d'or.   

La fête du Corpus Christi est apparue au début du 13e siècle, lorsque Robert de Thorete, évêque de Liège (Belgique), ordonna la célébration de cette fête dans son diocèse en 1246, à la demande insistante de Sainte Juliana, prieure du Mont Cornillon près de Liège. Cette religieuse avait eu une vision au cours de laquelle l'ordre de plaider pour l'institution de la fête du Corpus Christi, lui avait été donné. La première célébration eut lieu à l'église Saint-Martin de Liège la même année.

La fête ne se répandit qu'en 1261, lorsque Jacques Pantaléon, ancien archidiacre de Liège, devint le pape Urbain IV. En 1263, il institua la solennité du Corpus Christi et ordonna à toute l'église d'observer la fête, après qu'un prêtre de village de Bolsena (Italie) avec toute sa congrégation, aient été témoins d'un miracle eucharistique : le saignement du Saint Sacrement.

La fête n'est devenue véritablement universelle qu'après l'inclusion de la bulle papale d'Urbain IV dans le recueil de lois connu sous le nom de « Clémentines », compilé sous le pape Clément V, mais promulgué seulement par son successeur, le pape Jean XXII, en 1317. Au milieu du 14e siècle, la fête était généralement assez observée puis, au 15e siècle, elle est devenue, dans les faits, l'une des principales fêtes de l'Église.

Photos : Fadi Abedrabbo et Bureau des médias du Patriarcat latin de Jérusalem