Les Clarisses de Jérusalem célèbrent la profession solennelle de Sœur Guadalupe de Dios

Par: Geoffroy Poirier-Coutansais/LPJ - Publié le: May 13 Wed, 2020

Les Clarisses de Jérusalem célèbrent la profession solennelle de Sœur Guadalupe de Dios Available in the following languages:

JERUSALEM – Le dimanche 10 mai 2020, au monastère Sainte Claire de Jerusalem s’est déroulée la profession solennelle de Sœur Guadalupe de Dios. Célébrée avec l'Eucharistie solennelle, la profession a été présidée par Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem. Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, Vicaire patriarcal pour Jérusalem et la Palestine a concélébré l’évènement, entouré d’une quinzaine de prêtres ainsi que d’étudiants franciscains du séminaire théologique de Saint-Sauveur qui assuraient le service liturgique.

Le dimanche 10 mai 2020, au monastère Sainte Claire de Jerusalem ou elle vit depuis quatre ans, Sœur Guadalupe de Dios a prononcé ses vœux des mains de Sœur Marie de Nazareth, supérieure locale déléguée de Mère Chiara Amata Ruggiero, sanctionnant ainsi son parcours de discernement vocationnel.

La célébration eucharistique a été présidée par Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem. Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, Vicaire patriarcal pour Jérusalem et la Palestine, a concélébré, aux côtés d’une quinzaine de prêtres ainsi que des étudiants franciscains du séminaire théologique de Saint-Sauveur qui assuraient le service liturgique. Quelques clercs, religieux, mais aussi des amis et voisins, parmi lesquels des sœurs de la communauté de Sainte Dorothée, ont participé à l’évènement, accompagnés dans leurs prières par les chants de la chorale du monastère.

Si les restrictions aux rassemblements dues à la crise sanitaire n'ont pas permis une plus grande participation, la présence de la petite Église à Jérusalem a été d’un grand réconfort pour la communauté des Clarisses. D'Argentine, d'Italie et d'autres parties du monde, la famille et les amis de Sœur Guadalupe ont participé à distance, dans une communion simple et sincère.

Mgr Pizzaballa a profité de son homélie pour évoquer l'histoire de la première communauté chrétienne de Jérusalem (Actes 6, 1-7) au sein de laquelle, face à l'urgence du service des tables, le ministère diaconal a vu le jour. « C'est ainsi que, dans les communautés de l'Ancien Israël, le projet de Dieu a fait son chemin. C'est une histoire faite d'épreuves, dans laquelle chacun est impliqué et  qui nous conduit à réaliser la volonté de Dieu à travers nos combats, nos efforts et nos désirs, avec toute notre humanité, ce qui implique l’ensemble de notre Église dans un projet qui reste à réaliser mais où il y a la certitude que "tout est grâce".

« J'aime envisager votre histoire et votre vocation comme une recherche difficile mais sincère du visage du Père, a souligné Mgr Pizzaballa en s’adressant à Sœur Guadalupe. Après tout, si nous prenons le temps de réfléchir, c'est aussi l'histoire de chacun d'entre nous ».

Un moment spécial et émouvant a conclu la cérémonie, les différents participants venant tour à tour saluer Sœur Guadalupe et la féliciter pour son engagement. Un rafraichissement a ensuite été proposé.

De nationalité argentine, troisième née d’une famille de quatre enfants, sœur Guadalupe de Dios a rencontré la communauté  des Clarisses en 2009, à l’occasion d’un séjour d’un an en Terre Sainte en tant que bénévole. De retour en Argentine, elle a poursuivi son cheminement vocationnel en conservant des liens d'amitié et de communion avec les Clarisses ainsi qu’avec les Frères Franciscains de la Custodie de Jérusalem.

Après avoir vécu les premières années de sa vie religieuse au monastère des Clarisses de Corrientes, elle a demandé en juin 2016 à s'installer au monastère de Jérusalem, où elle a achevé son discernement vocationnel, choisissant d'appartenir définitivement à la communauté des Clarisses de la Ville Sainte.

le monastère de Clarisses a été fondé en 1888 par le monastère français de Paray-Le-Monial. Il est composé aujourd’hui de neuf sœurs issues de quatre pays (Italie, France, Rwanda, Argentine), qui s’efforcent de vivre l'Évangile selon le charisme de Sainte Claire, en communion avec les frères de la Custodie de Terre Sainte : être une présence « priante » sur cette terre qui a connu les pas du Fils de Dieu.