Lettre du P. Elie pour la rentrée académique 2022-2023 - Galilée

Par: lpj.org - Publié le: August 29 Mon, 2022

Lettre du P. Elie pour la rentrée académique 2022-2023 - Galilée Available in the following languages:

Chers membres du personnel administratif et enseignant, chers étudiants, chers parents,

Recevez toutes mes salutations, pleines de gratitude.

Avec le début de cette nouvelle année scolaire, après de belles vacances d'été, nous vous accueillons avec joie. Faisons en sorte que notre devise soit l'excellence et la réussite.

Mais tout d'abord, je voudrais que nous considérions ensemble un texte de l'Evangile de Luc, dans lequel il parle de Jésus lisant un passage du livre du prophète Isaïe.

"Jésus se rendit à Nazareth où il avait été élevé et, conformément à son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Isaïe. Il le déroula et trouva l'endroit où il était écrit: 'L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a consacré par onction pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres; il m'a envoyé [pour guérir ceux qui ont le cœur brisé,] pour proclamer aux prisonniers la délivrance et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour proclamer une année de grâce du Seigneur.'

Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur et s'assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire: 'Aujourd'hui cette parole de l'Ecriture, que vous venez d'entendre, est accomplie'." (Luc, 4:16-21).

A travers ce passage, nous voyons que notre Seigneur Jésus-Christ, gloire à Lui, est le premier et l'unique Maître, car, en ouvrant un des livres de l'Ancien Testament, par lui, cette alliance est clarifiée et comprise. Et, après avoir lu le texte d'Isaïe, il déclare : "Aujourd'hui, cette parole de l'Ecriture, que vous venez d'entendre, est accomplie." Le Christ est venu vers les pauvres, qui n'avaient rien à offrir à Dieu, et leur a dit qu'ils étaient l'objet de l'amour de Dieu, et que Dieu les aimait précisément parce qu'ils ont conscience de ne rien avoir à Lui offrir - contrairement aux scribes et aux pharisiens si imbus d'eux-mêmes. Il est venu donner la liberté aux prisonniers, car les prisonniers liés par le fer ne peuvent pas aller vers Dieu. Le Christ est donc venu enlever tout ce qui les empêche de courir vers le Dieu Tout-Puissant. Il est venu ouvrir les yeux des aveugles, qui marchent sans voir, afin de donner un sens à leur vie pour qu'ils aillent vers le Dieu Tout-Puissant, qu'ils distinguent le bien du mal. Il est venu libérer ceux écrasés et fatigués par les divers soucis du poids de la vie. Demandons-Lui donc une bonne et belle année, sans oublier que rien ne vient de nous, mais que tout vient de Dieu.

Frères et sœurs, directeurs et enseignants, nous aussi, nous devons apprendre de notre divin maître comment enseigner et donner de l'amour à nos élèves, à tout élève qui vient à nous en quête de connaissances, car l'amour est le premier maître.

Nous devons libérer nos étudiants des notions et préjugés antérieurs sur Dieu et l'Eglise, qui les lient et les empêchent de marcher sur le bon chemin. Nous devons ouvrir leurs yeux pour qu'ils marchent sur le chemin du bien, et les aider à former leur propre personnalité et leur caractère. Notre rôle est d'aider à construire leur conscience, pas d'être leur conscience. Combien d'étudiants ont-ils besoin aujourd'hui que nous les soutenions dans leurs crises et leurs difficultés dans la vie, la société et la famille ?

Comme je l'ai déjà dit, n'oublions pas que tout ce que nous avons vient de Dieu tout-puissant. Nous devons lui rendre ces grâces de la plus belle des manières. Tout au long de cette année, travaillons avec nos élèves pour offrir le plus grand cadeau que nous puissions faire à Dieu Tout-Puissant ; le cadeau de la connaissance, la connaissance d'une culture aimante et humaine de Dieu et de l'homme.

Honorables parents, ensemble, marchons et élevons nos enfants sur le chemin de l'amour, envers l'humanité et Dieu. Ensemble, construisons pour nos enfants un avenir basé sur le bien. Ne choisissons pas le mal, car le mal détériore les valeurs humaines et déforme l'image de l'être humain. C'est ainsi que nous contribuons, avec notre divin maître, à ce que nos enfants soient libres et ouvrent les yeux ; c'est ainsi que nous les enrichissons d'amour, en les appelant à se tenir debout dans ce monde, à relever la tête, à être reconnaissants envers Dieu pour ses bienfaits.

Enfin, permettez-moi de m'adresser à directement à vous, chers étudiants. Sachez que, où que vous soyez, quelle que soit votre identité, Dieu vous aime. Et nous aussi, en tant qu'Eglise et en tant que vos professeurs, nous vous aimons, parce que vous êtes l'objet de l'amour de Dieu et de l'amour de vos familles. Ensemble, nous voulons commencer une nouvelle année bénie, au cours de laquelle nous grandirons en grâce et en sagesse, pour devenir des êtres humains épanouis, qui connaissent et aiment Dieu et les hommes.

Je vous souhaite une bonne année scolaire, pleine d'apprentissage, de bon travail et de connaissances. Puissiez-vous avancer chaque année, dans l'excellence, et grandir en amour, connaissance et humanité.

Père Elie Kurzum

Directeur général des écoles du Patriarcat latin en Galilée