Message de fin de procession du dimanche des Rameaux 2022

Par: Pierbattista Pizzaballa - Publié le: April 10 Sun, 2022

Message de fin de procession du dimanche des Rameaux 2022 Available in the following languages:

Jérusalem, le 10 avril 2022

Très chers frères et sœurs,

Après un long voyage, nous voilà enfin entrés à Jérusalem. Aujourd'hui notre Eglise, l’Eglise de Jérusalem, est rassemblée à l'intérieur de la ville sainte. Nous venons tous de nombreuses régions de Terre Sainte : de Palestine, d'Israël, mais aussi de Jordanie et de Chypre. Avec la fin des restrictions sanitaires, nous avons aussi avec nous de nombreux pèlerins venus de différentes parties du monde. Nous saluons leur retour avec joie : merci de vous être souvenus de nous et d’être revenus. Nous avons attendu et prié pour votre retour. Maintenant, votre présence nous apporte l'espoir et la joie, et remet des sourires sur les visages de nombreuses familles. Jérusalem est aussi votre maison, car Jérusalem est la maison de tous les peuples ! Que personne à Jérusalem ne se sente exclu !

"Ils étendaient leurs manteaux sur la route" (Lc 19,36). Le Christ entre à Jérusalem, les disciples préparent la route, la ville se réjouit. Le corps du Christ, l'Eglise, entre dans Jérusalem avec nous aujourd'hui. Le Prince de la paix entre dans nos maisons et nos familles. Déposons nos manteaux comme les disciples, accueillons-le. L'accueillir nous apporte la paix.

Aujourd’hui marque le début de la Semaine Sainte. Dans quelques jours, nous célébrerons dans la liturgie la mémoire de la mort et de la résurrection du Christ ; nous célébrerons les évènements de la rédemption et du salut qui se sont historiquement accomplis ici même à Jérusalem, et qui depuis la ville ont atteint le monde entier.

Nous ne sommes pas à Jérusalem pour garder une mémoire du passé, pour protéger des monuments de l'histoire. Nous sommes ici pour dire à tous que le salut qui a changé le monde il y a deux mille ans est également possible aujourd'hui, ici et maintenant.

En tant que citoyens chrétiens de Terre Sainte, nous ne pouvons pas séparer notre expérience du salut de la ville sainte de Jérusalem. Avec cette belle procession, avec des jeunes et des vieux, des hommes et des femmes, des religieux et des laïcs, avec toutes les différentes communautés ecclésiales, nous affirmons aujourd'hui une fois de plus notre amour pour cette ville, notre désir de paix et d'unité pour elle, et notre désir de fraternité sincère pour tous ses habitants, sans distinction.

Car cette ville qui est la nôtre, sur laquelle Jésus a pleuré et qu'il a tant aimée, continue malheureusement à être blessée par les divisions, par la logique de la possession et de l'exclusivisme. Eh bien, nous, ici aujourd'hui, nous l'Eglise de Jérusalem, nous réaffirmons :

  • A ceux qui veulent diviser, entre communautés et affiliations religieuses, dans la vie politique, entre nos communautés ecclésiales, entre les Eglises : vous n'arrêterez pas notre amour ! Nous continuerons toujours à être, malgré tout, même malgré nous, une Eglise qui se veut source d'unité, qui cherche la rencontre et qui ne se rendra pas à la logique de la division, de la haine et du mépris de l'autre. Nous continuerons à vous aimer toujours, car c'est ce que notre Maître nous a appris !
  • A ceux qui veulent imposer la logique de la possession : vous ne pourrez pas nous posséder et vous ne pourrez pas posséder la ville. Nous lui appartenons tous, et non l'inverse.
  • A ceux qui veulent exclure : Jérusalem est la Mère qui nous a donné naissance. Et les mères aiment tous leurs enfants, qui pour elles sont tous égaux, tous aimés, librement, sans exclusions. Exclure un seul de ses enfants, c'est blesser l'identité même de notre ville.

Depuis la Cité de Jésus, nous voulons prier pour le monde entier. Les événements de ces dernières semaines nous préoccupent beaucoup. Nous voyons plus de violence et plus de morts ici en Terre Sainte. Nous sommes fatigués de la violence, de la haine et de la vengeance ! Prions pour la justice et la paix pour nos peuples de Terre Sainte !

Prions aussi pour l'Ukraine et pour tous les endroits du monde où les guerres et les divisions déchirent la vie de millions de personnes, où les mêmes logiques de possession et d'exclusion que nous connaissons ici créent la douleur et la mort.

Jérusalem doit devenir un lieu de guérison pour toutes les nations, un lieu où tous prient et louent le Seigneur pour les merveilles qu'il a faites ici. D’ici, nous prierons et travaillerons pour que, de cette ville, du lieu qui a connu le salut du monde, surgisse un désir sincère de paix pour tous !

Lauda Jerusalem Dominum, Lauda Deum tuum, Sion ! Hosanna Filio David !