Pâques 2022 : Dimanche de Pâques, "Christ est ressuscité, alléluia !"

Par: Cécile Leca/ lpj.org - Publié le: April 17 Sun, 2022

Pâques 2022 : Dimanche de Pâques, "Christ est ressuscité, alléluia !" Available in the following languages:

JERUSALEM – Commémorant ce qui donne tout son sens à la foi chrétienne, selon laquelle la vie triomphera toujours de la mort, ce dimanche de Pâques 2022 aura servi de conclusion à une Semaine sainte placée sous le signe du retour des pèlerins ; elle nous a rappelé, après deux ans de restrictions sanitaires, ce à quoi ressemblait vraiment une célébration sur la terre ayant vu naître le Christ.

Echo de la fête juive Pessa’h, qui célèbre la sortie d’Egypte du peuple juif, et qui a cette année commencé le 15 avril (pour une fin prévue sept jours plus tard), Pâques est la fête la plus importante de la religion chrétienne. Elle représente la victoire de la vie sur la mort, le triomphe de l’espoir, de la justice et des promesses du Christ. Elle est l’accomplissement de toutes les prophéties mentionnées dans la Bible, celles du « Dieu des vivants et non pas des morts » (Matthieu 22:32 ; Luc 20:38 ; Marc 12:27).

Célébrée par Mgr Pierbattista Pizzaballa, Patriarche latin de Jérusalem, qui était pour l'occasion accompagné de Mgr William Shomali, Vicaire général pour Jérusalem et la Palestine, des Franciscains de la Custodie et de nombreux prêtres diocésains, la messe a eu lieu le matin dans le Saint-Sépulcre, après une entrée solennelle lors de laquelle le Patriarche et sa procession, escortés des scouts, se sont rendus au Tombeau du Christ depuis le Patriarcat latin.

A Jérusalem, bien que la Veillée Pascale soit célébrée le samedi, avant le reste du monde, la messe du dimanche de Pâques reste une célébration émouvante, la dernière de la Semaine Sainte ayant lieu au Saint-Sépulcre. Cette année, elle a aussi revêtu un caractère inhabituel en raison du statu quo qui régit le lieu saint ; les Orthodoxes, qui se partagent la gestion du tombeau avec les Latins et les Arméniens (ainsi qu'avec les Coptes, Ethiopiens et Syriaques orthodoxes) ont ainsi fêté leur dimanche des Rameaux pendant la messe, dans le fond de la Basilique. En effet, leur calendrier ne coïncide pas avec celui des Latins : l'Eglise Orthodoxe se réfère au calendrier julien (voire julien révisé) et non grégorien. Or, cette année, leur dimanche des Rameaux s'est avéré décalé d'une semaine par rapport au nôtre - ce qui a donné lieu, pendant tout le début de la messe, à un mélange de chants latins et de carillons de cloches résonnant dans tout le Saint-Sépulcre. Heureusement qu'il était possible de suivre le déroulement des célébrations grâce aux livrets distribués par les Franciscains... et que l'homélie du Patriarche était également disponible par écrit.

"Christ est ressuscité ! Alléluia !" a ainsi déclaré Mgr Pizzaballa après la lecture de l'Evangile, centrant son message autour de la signification réelle de Pâques pour un chrétien. "Nous croyons que Pâques est l'intervention finale et définitive de Dieu dans notre histoire, la plus inattendue et la plus surprenante. Nous croyons qu'après nous avoir sauvés du néant, de l'esclavage, de l'exil, Dieu devait encore nous sauver d'un dernier ennemi : la mort, c'est-à-dire le péché. [...] Aujourd'hui, nous croyons et proclamons que Dieu le Père, dans le Christ ressuscité, a fait une place dans la vie de chacun d’entre nous, pour toujours. La résurrection est l'irruption de sa vie dans la nôtre. Aujourd’hui, nous proclamons que nous croyons cela."

Conclue par une procession autour de l'Edicule, où la foule, éclairée par des visages souriants, enfin libérés des masques chirurgicaux, est venue se presser autour du Patriarche pour recevoir sa bénédiction, la messe a pris fin dans une ambiance joyeuse festive, tandis que les scouts raccompagnaient Mgr Pizzaballa au Patriarcat latin. 

Joyeuses fêtes de Pâques à tous !