Portraits des séminaristes du Patriarcat latin : Jour 5

Par: Cécile Leca/ lpj.org - Publié le: May 06 Fri, 2022

Portraits des séminaristes du Patriarcat latin : Jour 5 Available in the following languages:

BEIT JALA/KORAZIN – Depuis 1852, environ 300 séminaristes ont été ordonnés prêtres au sein des deux séminaires du Patriarcat latin de Jérusalem, respectivement situés à Beit Jala et Korazin (Galilée). Qu’ils soient de Terre Sainte ou d’ailleurs, tous ont, au fil des années, contribué à maintenir et à faire grandir les communautés chrétiennes locales du diocèse de Jérusalem. Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée Mondiale de prière pour les vocations, instaurée par le Pape Paul VI chaque 4e dimanche de Pâques, et qui cette année sera fêtée le 8 mai, lpj.org vous invite donc à découvrir le profil de cinq jeunes séminaristes du Patriarcat latin, tous sur le point d’achever leur formation.

V/ Basel Baransi – séminariste à Beit Jala

Bio express :

Quand êtes-vous rentré au séminaire ?

Juste après avoir terminé le lycée. J’ai étudié chez les Sœurs Salésiennes à Nazareth, puis je suis rentré au séminaire de Beit Jala, en 2015.

Pourquoi avoir opté pour le séminaire de Beit Jala ?

Quand je suis arrivé ici en 2015, j’étais de confession Melkite. J’appartenais au diocèse d’Acre, d’Haifa, de Nazareth et de toute la Galilée. C’est Mgr Georges Bacouni, qui était archevêque de Saint-Jean-d’Acre des Melkites à l’époque, qui m’a envoyé ici à Beit Jala, après que je lui ai parlé de mon désir de devenir prêtre. Plus tard, en 2020, après deux ans de réflexion et de discernement, j’ai décidé de rejoindre le rite latin. Aujourd’hui, je pense que ce choix de faire confiance à Mgr Bacouni et d’accepter d’entrer dans ce séminaire m’est venu de Dieu ; et je crois vraiment que ce cheminement que j’ai vécu depuis mon arrivée à Beit Jala reflète ce qu’Il a prévu pour moi. 

Comment percevez-vous le rôle d’un prêtre ?

Pour moi, un prêtre doit guider le peuple de Dieu vers Dieu, à travers les enseignements de l’Eglise et les sacrements. Un prêtre est comme un berger qui mène son troupeau aux bons endroits pour paître et boire ; sauf que lui propose à ses fidèles non pas de l’herbe et de l’eau comme nourriture, mais la parole et les enseignements de Dieu. En tant que futur prêtre, c’est l’objectif que je me donne.

Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir prêtre ?

Quand j’ai annoncé à mes parents que je souhaitais entrer au séminaire, ils étaient ravis. J’ai toujours été très impliqué dans la vie de ma paroisse, je participais à beaucoup d’activités ; et pour moi, les prêtres qui étaient présents pendant cette période étaient des modèles, des hommes que j’avais envie de suivre.

Avez-vous des attentes quant à votre avenir en tant que prêtre ?

Je n’ai pas d’attentes particulières. Peu importe où je suis envoyé, tant que je fais ce pour quoi Dieu m’a appelé. Mais j’avoue être très attiré par l’enseignement ; cela me plairait beaucoup d’être assigné ici au séminaire, et de transmettre ce que l’on m’a transmis aux futurs séminaristes qui arriveront ici après moi.