Réflexion et marche synodale de l'AOCTS

Par: Cécile Leca/ lpj.org - Publié le: March 25 Fri, 2022

Réflexion et marche synodale de l'AOCTS Available in the following languages:

SAXUM - Pour le deuxième jour de leur assemblée plénière, les Ordinaires catholiques de Terre Sainte (AOCTS) se sont réunis à Saxum, près d'Abu Ghosh, pour une marche synodale qui a débuté au Saxum Visitor Center et s'est terminée à l'abbaye Sainte-Marie de la Résurrection.

L'objectif était de réfléchir et de prier ensemble sur différents sujets, tout en découvrant des lieux trop peu connus de Terre Sainte ayant une signification religieuse, culturelle et/ou historique particulière. Après une matinée passée au Monastère des Passionistes de Béthanie (Mont des Oliviers), l'AOCTS s'est donc rendue au Saxum Visitor Center, non seulement pour revivre et réfléchir aux principaux événements de la Sainte Bible à travers l'expérience multimédia proposée par le Centre, mais aussi pour assister à la conférence de presse à l'occasion du lancement de la SynodApp, un projet conçu pour permettre aux jeunes de communiquer sur l'Eglise de leurs rêves.

Basée sur un concept très simple, cette application permet à tous de s'adresser au pape François dans une courte vidéo de trente secondes. Ces vidéos seront ensuite examinées par un comité synodal, qui décidera des messages à envoyer au Saint-Père. L'objectif est triple :

  • permettre aux gens de s'exprimer sur leurs espoirs pour l'Eglise (une initiative déjà existante grâce au site web du Synode)
  • mieux saisir, pour les prêtres et le clergé, les besoins et les désirs de leurs fidèles (bien qu'aucune donnée personnelle ne soit collectée par l'application)
  • créer de nouveaux liens entre les anciennes et les nouvelles générations.

Lors d'une réunion pré-synodale avec les jeunes, le pape François les a encouragés à être actifs et créatifs au sein de l'Eglise, à la "raviver de l'intérieur", mais tout en gardant à l'esprit ses racines et ses origines, soit ce qui l'a rendue telle qu'elle est aujourd'hui. "Créez une nouvelle culture", a-t-il dit, mais faites attention : cette culture ne peut pas être "déracinée". Faites un pas en avant, mais continuez à regarder les racines ! Ne revenez pas vers elles, car vous vous perdrez : mais avancez avec elles. Avec ces racines, qui sont - pardonnez-moi cette parole, mais elle me vient du cœur - les personnes âgées. Ces racines sont vos grands-parents. Ces racines, ce sont ceux qui ont vécu leur vie et ceux que cette culture du jetable met au rebut ; ils ne sont pas utiles, il faut donc les renvoyer. Pourtant, vos anciens ont ce charisme de porter en eux des racines. Allez leur parler".

Conçue dans cette optique, la SynodApp a donc aussi pour but d'encourager les jeunes à partager des moments avec leurs grands-parents, que ce soit pour les aider à enregistrer un message ou pour discuter du contenu de ce qu'ils veulent partager au pape François. Cela pourrait aussi être un moyen d'atteindre, par la technologie, ceux qui ne font pas partie de l'Eglise. "Les jeunes d'aujourd'hui utilisent la technologie aussi facilement que buvons du café", a déclaré Mgr Pierbattista Pizzaballa, Patriarche latin de Jérusalem et président de l'AOCTS. "Peut-être qu'avec cette application, nous pourrons atteindre ceux qui ne perçoivent pas encore l'encens de nos sacristies et de nos églises".

Après la conférence de presse, les Ordinaires catholiques ont visité le Saxum Visitor Center avant de se retrouver à Kiryat Ye'arim, dans l'église de Notre-Dame de l'Arche d'Alliance, pour parler du Synode et des moyens d'améliorer le fonctionnement interne de l'Eglise. La question de l'identité chrétienne par rapport à la foi chrétienne, surtout chez les jeunes catholiques hébréophones, la formation des prêtres, la relation entre les jeunes et l'Eglise, et les tentatives de mise en place de nouveaux programmes dans les écoles chrétiennes furent les principaux sujets abordés. L'assemblée s'est terminée au monastère bénédictin d'Abu Ghosh, où les membres de l'AOCTS ont été accueillis par la communauté de moines et de moniales qui y vivent et ont partagé avec eux un temps de prière, en français et en arabe.