Réflexions de M. Sami El-Youssef, Administrateur général du Patriarcat Latin

Par: Sami El-Yousef, Administrateur général du Patriarcat latin - Publié le: December 07 Tue, 2021

Réflexions de M. Sami El-Youssef, Administrateur général du Patriarcat Latin Available in the following languages:

Réflexions de fin d'année depuis la Terre Sainte

Joyeux Noël

À l'approche de Noël, chacun se rappelle de ce à quoi ressemblait la même période un an plus tôt, alors que nous étions au plus fort de la pandémie. Fermetures globales, illuminations de sapins virtuelles... Cette année, ces événements se déroulent normalement et en présentiel, bien que la pandémie soit toujours présente et que de nouveaux variants transforment des pays verts en zones rouges et restreignent les déplacements internationaux. Il est clair que le virus du COVID-19 n'est pas prêt de disparaître, et nous essayons tous de trouver des moyens de vivre avec. Malgré un certain retour à la normale, la vie continue néanmoins d'être très difficile pour beaucoup, surtout pour ceux dont les revenus dépendent des pèlerins et des voyages. Avec son taux de chômage revenu à 5 % après avoir atteint 27 % au plus fort de la pandémie, Israël s'en sort bien. La Palestine, en revanche, fait face à des taux de chômage d'environ 28 % en Cisjordanie et de 50 % à Gaza, tandis qu'en Jordanie, ils sont d'environ 25 %. En raison de ces chiffres élevés, notamment en Palestine et en Jordanie, les demandes adressées à nos différents programmes humanitaires ont quadruplé pendant la pandémie et notre personnel est débordé. Malgré tout, des centaines de réfugiés irakiens continuent de bénéficier de notre soutien, tout comme des dizaines de familles à Jérusalem prises dans la politique de la ville, ainsi qu'environ 70 jeunes employés par le programme de création d'emplois sur la bande de Gaza. Tout cela s'ajoute aux milliers de personnes soutenues par les programmes humanitaires centrés sur l'assistance sociale, la distribution de médicaments, le soutien à l'éducation et les urgences médicales.

L'un des revers de l'année a été cette nouvelle guerre à Gaza, précédée d'une escalade insensée qui a entraîné la destruction majeure non seulement des bâtiments et des infrastructures mais aussi de l'âme des habitants. La visite de solidarité de Sa Béatitude le Patriarche Pizzaballa à Gaza, deux semaines après la fin des hostilités, a été très appréciée de tous et a démontré que les plus faibles et les plus marginalisés auront toujours la priorité au sein de l'Église. Le financement s'est intensifié pour nos frères et sœurs sur place grâce au travail exceptionnel réalisé à Gaza, en coopération avec le curé Gabriel Romanelli, qui, malgré sa maladie, a choisi de rester là-bas et de symboliser cette lueur d'espoir pour notre peuple. 

Côté éducation, la fin d'année a été bonne pour le Patriarcat latin, les écoles ayant repris les cours en septembre malgré la pandémie. Plus de 19 000 élèves fréquentant 44 de nos écoles en Jordanie, en Israël et en Palestine ont été très heureux de vivre cette rentrée en présentiel après l'expérience des cours en ligne l'année précédente. Ce bonheur se lisait sur leurs visages : l'expérience de la vie en classe leur avait manqué. Nous avons néanmoins perdu quelques centaines d'élèves qui, pour des raisons financières, ont choisi d'aller dans des écoles publiques, pensant pouvoir bénéficier gratuitement de la même expérience en ligne pendant la pandémie. Beaucoup d'entre eux regrettent les valeurs et l'expérience partagées par nos écoles et attendent avec impatience le jour de leur retour. Alors que le secteur de l'éducation connaît petit à petit un retour à la normale; nous espérons qu'ils seront nombreux à revenir,

Au cours de l'année, ce sont les activités pastorales qui ont connu l'amélioration la plus marquée. Les églises sont aujourd'hui ouvertes comme avant et toutes les activités pastorales, sous précautions sanitaires, sont presque revenues à la normale. Des camps d'été ont été organisés pour des milliers d'enfants et de jeunes dans la plupart des paroisses, et ces derniers ont été plus occupés que jamais. En raison de l'assouplissement des restrictions gouvernementales, les mariages, les baptêmes et les funérailles attirent désormais des centaines de personnes, comme avant la pandémie. Les célébrations religieuses ont attiré de grandes foules, la récente célébration principale de Notre-Dame Reine de Palestine à Deir Rafat ayant attiré un nombre record de plus de 3 000 fidèles. Le Synode 2021-2023 pour une Église synodale a été lancé sous le thème de la communion, de la participation et de la mission, avec une belle homélie de Sa Béatitude qui a invité les fidèles à jouer un rôle actif dans l'Église et à faire entendre leur voix.

Pour couronner cette année très chargée, Sa Sainteté le Pape François vient d'effectuer une visite de deux jours à Chypre, le quatrième pays "mal desservi" de notre diocèse. L'accent a été mis sur la souffrance des réfugiés, pris dans la tourmente politique et économique de leur pays d'origine et qui, soit de leur plein gré, soit contraints, fuient leur pays à la recherche d'une vie meilleure pour eux-mêmes et leurs familles. Le Patriarcat latin a fait figure de pionnier dans le service aux migrants et aux demandeurs d'asile, tant en Israël qu'en Jordanie, et les messages de Sa Sainteté nous encouragent non seulement à maintenir le cap, mais aussi à intensifier nos efforts pour servir les personnes mal desservies et les aider à renforcer leur foi afin de trouver l'espoir si essentiel pour continuer à avancer malgré la douleur quotidienne. Cela comprendra certainement un soutien humanitaire, mais surtout une attention pastorale.

Au terme de cette nouvelle année difficile et incertaine, on ne peut que réfléchir à ce parcours et être reconnaissant pour toutes les grâces de Dieu. Si la pandémie nous a appris quelque chose, c'est la nécessité d'une flexibilité totale, sans oublier le pouvoir de la prière et l'importance de rester proche de sa foi afin de trouver la force de relever les nombreux défis. Comme l'année dernière, nous n'aurions pas pu accomplir ce que nous avons accompli sans le soutien généreux de tant de personnes à travers le monde, en particulier les membres de l'Ordre du Saint-Sépulcre ainsi que plusieurs fondations et organismes de bienfaisance. Nous les remercions pour la confiance qu'ils ont placée en nous pour agir en tant que passerelle permettant d'atteindre les plus démunis et pour rester fidèles à notre mission. Joyeux Noël à tous avec nos meilleurs vœux pour une année 2022 saine et plus normale.

Sami El-Yousef
Administrateur général
6 décembre 2021