Réflexions sur les perspectives apportées par la pandémie à Saint Pierre en Gallicante

Par: Cécile Leca/ lpj.org - Publié le: December 09 Thu, 2021

Réflexions sur les perspectives apportées par la pandémie à Saint Pierre en Gallicante Available in the following languages:

JERUSALEM - À l’extérieur de la Vieille Ville, juste à côté de la Porte de Sion, se trouve un lieu saint qui fait office d’étape indispensable pour tout pèlerin qui se respecte. Symbole du reniement de Pierre et du pardon du Christ, abritant un escalier de pierre qu’aurait emprunté Jésus et une crypte dans laquelle il aurait passé la nuit en attendant son jugement par les Romains, Saint Pierre en Gallicante est devenu, depuis le début de la crise sanitaire, un lieu silencieux et calme, privé du fourmillement des visiteurs avides de se recueillir devant ses divers vestiges religieux et archéologiques.

La boutique de souvenirs de Saint Pierre, désertée par les pèlerins depuis les restrictions gouvernementales.

Si les premiers temps de confinement ont apporté de nombreux défis concernant la gestion des employés au chômage et du site lui-même, privé de pèlerins, dès le départ, les Assomptionnistes avaient à cœur de mettre l’accent sur les points positifs de la crise. Aujourd’hui, le père Cézar, responsable de la maison, pousse cette réflexion plus loin et souligne les perspectives que la pandémie a apporté à la communauté.

« À mon avis, se dire qu’on va essayer de remettre en place ce qu’on a perdu pendant la crise, ce n’est pas un bon schéma, » déclare-t-il. « Auparavant, ici à Saint Pierre, on était focalisé à 100 % sur les pèlerins. Tout ce qu’on faisait, tout ce qu’on essayait de mettre en place, c’était dans cette unique perspective. Aujourd’hui, je ne veux pas pousser la communauté dans cette direction. Cette crise, je la vois comme une occasion de se réinventer. »


Le père Cézar dans la salle commune du couvent.

Avant même la crise sanitaire, le père Cézar avait d’ailleurs déjà amorcé une réflexion autour des possibilités offertes par Saint Pierre en Gallicante. « Quand je suis arrivé ici, je me suis dit qu’il fallait qu’on ouvre un peu ce lieu. Qu’on voit ce qui est possible à Saint Pierre. Et mon premier réflexe, ça a été d’aller regarder ce que les anciens responsables du site avaient fait avant moi. J’ai alors découvert un père qui m’a beaucoup inspiré, qui avait une vision très large, et qui travaillait en partenariat avec les sœurs de Sion pour organiser des sortes de formations permanentes. »

C’est avec l’arrivée du père Barry, un ancien professeur de l’Assumption College, que le père Cézar décide de lancer son propre projet de formation. « On pense commencer dès l’année prochaine, et mettre en place un module centré autour du Nostra Aetate du concile du Vatican II et plus particulièrement des relations judéo-chrétiennes. Et ça, c’est grâce à la crise sanitaire, qui a servi d’accélérateur à ce projet. Sans elle, on aurait continué à être très pris par les pèlerins, et ces ouvertures n’auraient progressé que très lentement… »

Ces nouvelles pistes de réflexion sont néanmoins loin d’occulter le fil conducteur du lieu, à savoir les pèlerinages. Aujourd’hui, profitant de la crise, la communauté s’interroge aussi sur le ressenti de leurs visiteurs. « Pour nous, en tant que lieu saint, le nombre de pèlerins est moins important que pour les petits commerces ou les restaurateurs. »  Alors pourquoi ne pas profiter de leur quantité plus réduite pour améliorer leur expérience de Saint Pierre ? « En interrogeant les guides, on s’est rendu compte que la plupart des gens passaient environ 20 minutes sur les lieux. Si on comptabilise le passage à la boutique, le petit tour à la cafétéria et la pause toilettes, c’est assez désespérant ! Alors, comment aider les pèlerins à mieux visiter, à mieux sentir le message de Saint Pierre en Gallicante ? »


Chaque endroit du site est accompagné de panneaux d'informations, qui visent à expliquer les lieux aux visiteurs. 

Cette question reste pour l’instant sans réponse. Mais il s’agit d’une nouvelle idée à creuser, qui s’inscrit parmi les autres perspectives provoquées par la crise sanitaire. Seul l’avenir nous dira si la pandémie aura permis d’apporter un changement durable et concret chez les Assomptionnistes et les Sœurs Oblates de Saint Pierre en Gallicante. On peut toutefois d’ores et déjà affirmer avec certitude qu’elle aura soulevé de nombreuses réflexions passionnantes au sein de la communauté.