Mgr Pizzaballa aux prêtres ordonnés de la Domus Galilaeae : « Soyez toujours avides d’apprendre car le Royaume de Dieu ne cesse de croître »

Publié le: June 20 Wed, 2018

Mgr Pizzaballa aux prêtres ordonnés de la Domus Galilaeae : « Soyez toujours avides d’apprendre car le Royaume de Dieu ne cesse de croître » Available in the following languages:

 

KORAZIM – Samedi 16 juin 2018, à la Domus Galilaeae, Mgr Pierbattista Pizzaballa a consacré comme prêtres trois jeunes hommes du séminaire Redemptoris Mater de Galilée, des vocations nées au sein du Chemin néocatéchuménal. Le nombre de prêtres ordonnés, originaires de ce séminaire, s’élève désormais au nombre de treize, dont douze pour le Patriarcat latin de Jérusalem et un pour le diocèse maronite de Haïfa et de la Terre Sainte.

« Je vous souhaite d’être un sol fertile : un lieu au sein duquel la semence de Dieu puisse croître et porter du fruit. Soyez toujours au service de l’Eglise et du ministère qui vous a été confiés ! Et ce afin que chacun d’entre vous puisse dire : nous avons rencontré le Seigneur ! Demeurez diacres ou, en d’autres termes, serviteurs ». Telle fut l’exhortation de Mgr Pizzaballa, Administrateur Apostolique, à Marek, Miguel et Sliman, lors de l’homélie de leur messe d’ordination.

Abuna Marek Kurzydłowski, 32 ans, est originaire du sud-est de la Pologne. Après deux ans de mission au Bahrein, il a servi comme diacre à Rafidia en Palestine. Abuna Miguel Pérez Jimémez, 26 ans, un Espagnol, quatrième d’une famille de dix enfants, a été envoyé à Eilat puis à Fuheis en Jordanie. Abuna Sliman Hifawi, 29 ans, est le premier prêtre originaire de Terre Sainte (Jaffa) à être ordonné pour le Patriarcat latin après une formation au séminaire Redemptoris Mater.

Un nombre extraordinaire de fidèles a assisté à l’Eucharistie célébrée par l’archevêque latin. Ils étaient plus de 900, venant des quatre coins du monde. Aux côtés de Mgr Pizzaballa ont concélébrés Mgr Camillo Ballin et Mgr Boulos Marcuzzo, respectivement Vicaires apostoliques pour l’Arabie du nord et la Palestine, ainsi que d’autres prêtres de Galilée et de Palestine, de rites latin, byzantin ou maronite. Nombreux étaient les religieux présents. Il nous faut aussi noter la participation des frères des communautés néocatéchuménales venus de Jordanie ou du Golfe persique (Koweït, Bahrein et Qatar), là où les séminaristes ont vécu leur temps de mission. La messe a été dite en italien et en arabe, une diversité de langues qui n’a pas empêché l’assemblée de ne faire qu’un seul corps. La litanie des saints en arabe fut un moment particulièrement poignant puisque l’assemblée demandait leur intercession sur les trois prêtres, prostrés à terre, en signe de leur don total au Christ.

Dans son homélie, Mgr Pizzaballa a évoqué la parabole du semeur, soulignant les vertus nécessaires à la prêtrise : patience, vigilance, humilité, service et prière continuelle. « Le semeur n’est pas le propriétaire de son travail, il doit plutôt attendre et laisser la semence travailler ». Le devoir des nouveaux ministres est « d’être ceux qui savent comment labourer le sol et comment faire en sorte que la semence de Dieu porte du fruit, et non en prendre possession ». En effet, le risque est de « penser qu’une fois devenu prêtre, vient le temps de commander, d’administrer la paroisse comme sa propriété, à son image et à sa ressemblance. » Bien au contraire a souligné le pasteur : « vous n’êtes pas les propriétaires, tout doit revenir à Dieu, au Seigneur Jésus, et vous Ses ministres, vous demeurez diacres, donc serviteurs. » Enfin, il rappela la nécessité de « cultiver son propre cœur et sa vie de prêtre », dont le cœur est la prière : « Être un sol fertile signifie être continuellement relié au Christ, il ne peut exister de service rendu au Seigneur sans intimité profonde avec Lui, d’où l’importance de s’enraciner dans la prière. »

Le lendemain, les trois nouveaux prêtres ont célébré leur première messe sur les bords du lac de Tibériade, à Capharnaüm, un lieu symbolique, comme l’a rappelé Abouna Sliman Hifawi : « c’est à Capharnaüm que Jésus vint vivre dans la maison de Pierre. Là, il commença sa vie publique et envoya ses disciples en mission ».

Sara Fornari