Soutien aux écoles chrétiennes de Terre Sainte : des initiatives multiples et internationales

Par: lpj.org - Publié le: March 17 Thu, 2022

Soutien aux écoles chrétiennes de Terre Sainte : des initiatives multiples et internationales Available in the following languages:

TERRE SAINTE – Parmi les nombreux exemples d’entraide au sein de la communauté chrétienne de Terre Sainte, ceux qui concernent les écoles, notamment celles du Patriarcat Latin de Jérusalem, sont multiples. Associations, jumelages, parrainages... Les moyens ne manquent pas pour apporter de l'aide à ces établissements, indispensables non seulement pour aider à maintenanir la présence chrétienne sur le territoire, mais également pour former les futures générations selon des valeurs communes, fondées entre autres sur la charité, l'ouverture d'esprit, la diversité ou encore l'unité.

Parmi toutes les initiatives existantes, on peut notamment citer le jumelage entre les paroisses de Beit Sahour et du Massachusetts, coordonné par l’Ordre du Saint-Sépulcre. Né en 2018 à l'occasion des 150 ans de la paroisse St Mary d'Holliston, ce projet permet ainsi aux fidèles de St Mary de se joindre dans la prière avec la communauté de la paroisse de Notre-Dame de Fatima, en Palestine. Mais elle donne aussi lieu à l'envoie de nombreuses fournitures scolaires pour les élèves de l'école du Patriarcat latin de Beit Sahour : livres, DVD, crayons de couleur...

Ces dernières années, d'autres jumelages ont vu le jour, notamment en France. On peut citer comme exemple celui formé entre les écoles catholiques du diocèse de Vannes et les écoles du Patriarcat latin, qui a permis à de jeune Français de rencontrer de jeunes Palestiniens.

Dans la même veine, l'association « Une fleur pour la Palestine », née il y a plus de vingt ans, propose de parrainer des élèves inscrits dans des écoles des territoires palestiniens afin de soutenir leur parcours.

En 2001, désireux d’établir un lien avec les catholiques du diocèse de Jérusalem, un prêtre et un diacre du diocèse de Toulouse mettent en place une correspondance avec le Patriarcat Latin. Le projet, qui permet de mieux faire connaître la situation des chrétiens de Terre Sainte, donne aussi lieu à un pèlerinage en 2002, dans le but de visiter non seulement les pierres des lieux saints, mais aussi les pierres vivantes de l’Eglise d’Israël et de Palestine. Ainsi, les pèlerins découvrent notamment la paroisse de Taybeh, ainsi que les grandes difficultés des chrétiens habitant sur les territoires palestiniens sous occupation militaire israélienne. A travers l’école catholique du village, ils constatent aussi la réalité des écoles catholiques de Palestine : des établissements formidables, d’un très bon niveau scolaire, fréquentés à la fois par des chrétiens et par des musulmans, et faisant la promotion de la paix par l’enseignement du respect de la personne humaine. Mais également des établissements en danger économique, en raison d’un financement reposant exclusivement sur les cotisations des familles. Or la situation politique bloquée provoque un taux de chômage élevé et met de nombreuses familles en difficulté pour régler les frais de scolarité. De retour en France, les pèlerins décident donc de monter une association pour venir en aide à ces écoles, à travers l’envoi de bourses scolaires annuelles : ainsi naît « Une fleur pour la Palestine ». Si le centre de la fleur représente les élèves parrainés, les pétales symbolisent les donateurs, parrains et marraines.

L’envoi des bourses commence dès l’année scolaire 2002-2003. Ce sont les directrices ou directeurs des établissements qui sélectionnent les élèves parrainés, en fonction de leur situation. Chaque donateur reçoit un reçu fiscal et une lettre de remerciement avec des nouvelles de l’élève parrainé, de sa famille, ainsi des informations sur son école. Les bourses sont versées par virement bancaire directement sur les comptes des écoles.

C’est aussi grâce à ce système de transparence financière que, depuis 2002, le soutien d’Une fleur pour la Palestine envers ces écoles n’a fait qu’augmenter. L’association touche aujourd’hui 163 élèves issus de 12 écoles, situées entre autres à Zababdeh, Naplouse au nord de la Palestine, Ramallah, Taybeh, Jifna, Aboud, Bir Zeit, Bethléem, Beit Sahour, Beit Jala et Gaza. Parmi ces écoles, huit sont des écoles du Patriarcat Latin de Jérusalem, deux du Patriarcat Grec-Catholique, et deux appartiennent respectivement aux Franciscains et aux Lasalliens : Terra Sancta Girls School et De la Salle High School.

Dans ce temps synodal, ces diverses associations et initiatives continuent donc de soutenir des élèves en provenance de milieux divers, qui reçoivent ainsi la même opportunité de poursuivre leurs études. Cette aide concrète qu’elles leur apportent permet de maintenir la diversité et l’unité qui rendent visibles les multiples missions des écoles chrétiennes.

Pour en savoir plus sur Une fleur pour la Palestine :