Un père et docteur de l'église nommé Saint-Augustin d'Hippone

Par: Saher Kawas/ LPJ - Publié le: August 28 Fri, 2020

Un père et docteur de l'église nommé Saint-Augustin d'Hippone Available in the following languages:

Saint-Augustin est né en 354 d'un père païen, Patritius, et d'une mère chrétienne, Monica, dont l'église célèbre la fête la veille de celle de son fils. Venu au monde dans la ville romaine africaine de Tagaste, aujourd'hui connue sous le nom de Souk Ahras en Algérie, il a seize ans lorsqu’il il se rend à Carthage (en Tunisie actuelle) où il étudie le droit, la rhétorique et la philosophie.

Le parcours de conversion de Saint-Augustin selon le pape Benoît XVI

Bien que sa mère lui ait transmis une éducation chrétienne, Saint-Augustin a été pendant dix ans un fidèle du manichéisme, une religion fondée en Perse au IIIe siècle et divisée en deux principes : le bien et le mal. Sa conversion au christianisme n'a débuté qu'au moment de sa rencontre avec son évêque lors de son arrivée à Milan. Grandement influencé par ce dernier, le pape Benoît XVI a déclaré que le chemin de conversion du saint africain ne s'est pas terminé après son baptême mais "s’est poursuivie jusqu'à la fin de sa vie".

Au cours de l'une des cinq audiences générales que le pape lui a consacrées, le Saint-Père a décrit trois étapes dans le cheminement de Saint-Augustin vers la conversion. Ce parcours a débuté par un "rapprochement progressif du christianisme" et un désir de connaître le Christ. Cela remonte à la description que fait le Saint, dans son livre " Confessions ", d'une voix l'invitant à " prendre et lire " (tolle, lege), ce qui l'a conduit à lire un passage de la lettre de Paul aux Romains (Rm 13, 13- 14), dans laquelle l'Apôtre l'exhortait à " revêtir le Seigneur Jésus-Christ, et à ne pas prendre en compte les désirs de la chair".

La deuxième étape s'est déroulée lors de son retour à Hippone et de la fondation de sa communauté. Une fois devenu évêque, il a compris que "vivre pour le Christ et avec le Christ", Qui est la Vérité, nécessitait de vivre pour les autres et leur transmettre son savoir et sa foi.

Son travail d'humilité a constitué la troisième étape de sa conversion. Il s'agit de la prise de conscience quotidienne que l’homme est les humains sont pécheurs et qu’il a toujours besoin d'être pardonné par le Christ.

Lors de la Veillée pascale de 387, Saint-Augustin, alors âgé de 33 ans, reçoit le sacrement du baptême des mains de Saint-Ambroise, évêque de Milan et Père de l'Église. Plus tard, l'Église catholique a désigné le Saint comme Père et Docteur de l'Église aux côtés de Saint- Ambroise, de Saint Jérôme et de Saint Grégoire le Grand.

Saint-Augustin : Père et Docteur de l'Église

Une distinction existe entre un Père et un Docteur de l'Eglise, bien que les deux notions se recoupent.

Quatre caractéristiques sont requises pour être considéré comme un Père de l'Église : l'antiquité, l'orthodoxie doctrinale, la sainteté personnelle et l'approbation par l'Église. Un Père de l'Église est quelqu'un qui a vécu dans l'Église des origines (avant le VIIIème siècle), et dispose d’une certaine autorité au sein de l'Église, en particulier lorsqu'il s'agit de défendre, exposer et développer les doctrines et les enseignements catholiques.

"Docteur de l'Église", du latin docere (enseigner), est un titre conféré à un saint qui avance, contribue et défend la connaissance de Dieu et la foi de l'Église. Ses écrits sont considérés comme étant d'une importance universelle pour l'Église. Il doit disposer d'un savoir éminent, d'un haut degré de sainteté, déclaré comme tel par le Pape. Cependant, ces saints ne sont pas limités à une époque spécifique et l'Église continuent d’en reconnaître aujourd’hui.

Saint-Ambroise, Saint-Augustin, Saint-Jérôme et Saint-Grégoire le Grand ont été les premiers à être nommés docteurs de l'Église en 1298.

Basilique Saint-Augustin à Annaba, Algérie

La construction de la basilique Saint-Augustin a commencé en 1881 et s'est achevée en 1900. La basilique, qui se dresse sur une colline, surplombe la basilique de la Paix que Saint-Augustin a construite, où il a prêché ses homélies et fondé sa communauté religieuse. En octobre 2013, la basilique augustinienne a été consacrée à nouveau, après trois ans de restauration et un siècle après son inauguration le 24 avril 1914. En 2012, le pape Benoît XVI a apporté une contribution personnelle aux travaux de restauration.

Les restes de Saint-Augustin auraient été transportés d'Algérie, via la Sardaigne et Pavie, à la basilique de San Pietro in Ciel d'Oro en 720, où se trouve actuellement son tombeau. En 1842, son avant-bras droit a été transféré à Annaba, en Algérie, lors d'un pèlerinage depuis Pavie. Il est exposé à la basilique.

Pèlerinages sur les traces de Saint-Augustin en Algérie et en Italie

L'Algérie accueille plusieurs pèlerinages chrétiens sur les traces des saints qui y ont vécu. Parmi eux, Charles de Foucault et Saint-Augustin. Les pèlerins chrétiens qui se rendent dans ce pays africain peuvent visiter les sites augustiniens du Souk Ahras (anciennement Thagaste), où ils peuvent visiter son lieu de naissance et la ville de M'daourouch (anciennement Madaure), où il a étudié. À Annaba, les gens peuvent aller voir la basilique Saint-Augustin et les ruines de l'église de la paix qu'il a construite.

En 2010, un pèlerinage a organisé par des chrétiens (parmi lesquels des anciens musulmans convertis au christianisme venant d'Algérie, du Maroc et de France) a suivi les traces de saint Augustin à Milan, où il a été baptisé, et à Pavie, où ses reliques sont conservées. L'idée du pèlerinage est née de leur volonté d'en savoir plus sur les figures chrétiennes des premiers siècles, qui sont issues de leurs pays d'origine au Maghreb, comme Saint-Augustin, Saint-Cyprien et Tertullien.

Saint-Augustin dans les arts

De nombreux artistes de la Renaissance, dont Raphaël, Sandro Botticelli, Filippo Lippi, ont représenté Saint-Augustin dans leurs œuvres, sous forme de peintures, des fresques et des sculptures. Sur certaines images, on le reconnaît à ses vêtements épiscopaux, sa mitre et son bâton, et à son cœur flamboyant ou transpercé d'une flèche. Dans d'autres, il apparaît avec la Vierge Marie et l'Enfant, avec les autres Pères de l'Église ou seul dans son cabinet de travail. La Trinité, qu’il a abordé dans son œuvre, est un thème qui figure également dans plusieurs tableaux.

Les Augustins de l'Assomption (les Assomptionnistes) à Jérusalem

En pèlerinage en Terre Sainte en 1882, les "Augustins de l'Assomption" ont créé une branche de la Congrégation à Jérusalem. Aujourd'hui, la congrégation religieuse, qui est actif dans 30 pays, administre le site de Saint Pierre-en-Gallicante avec le concours des Sœurs Oblates de l'Assomption. On peut lire sur leur site internet qu'ils se consacrent "à l'éducation ainsi qu'au travail social et missionnaire, notamment par le biais de pèlerinages".

Quant à leur vie spirituelle, les Assomptionnistes vivent selon la Règle de St Augustin. Évoquant cette dernière le supérieur et économe de la communauté, le père Cézar Andrei, a souligné que les religieux et religieuses de la congrégation vivent avant tout dans la vie communautaire. Leur premier travail est de veiller à ce que chacun s'oriente vers Dieu. Il estime également que la Règle travaille "à transformer la personne de l'intérieur". L'introspection que font les Assomptionnistes, ajoute le Père Cézar, les aide non seulement à mieux se comprendre mais aussi à trouver en eux les "traces" de Dieu.