Visite en Jordanie : Réflexions du Directeur général du PLJ Sami El-Yousef

Publié le: July 03 Wed, 2019

Visite en Jordanie : Réflexions du Directeur général du PLJ Sami El-Yousef Available in the following languages:

Réflexions de Terre Sainte

Visite en Jordanie

Au cours d’une récente visite en Jordanie, qui visait principalement à faire progresser la restructuration administrative et financière des écoles du Patriarcat latin dans ce pays, j’ai pu en parallèle faire un certain nombre de visites sur le terrain et assister à différentes réunions. Mon séjour s’est déroulé quelques jours avant la rencontre organisée par les États-Unis à Bahreïn, rencontre qui avait pour but de lancer un processus de paix entre les Palestiniens et les Israéliens ! De ce fait, parcourir certaines rues d’Amman a parfois été un défi, car un certain nombre de manifestations ont eu lieu pour protester contre « l’accord du siècle ».  Par ailleurs, les nombreuses enseignes « A Vendre » sur les bâtiments et les terrains nous sautaient aux yeux, signes visibles d’un marché immobilier en récession profonde, ce qui est une indication de la grave détresse économique que la Jordanie traverse actuellement.

Dans ce bref contexte, ma visite a été un signe d’espoir et m’a permis d’être le témoin de belles choses et de voir certains de nos projets magnifiquement évoluer. Voici un bref résumé de ma visite de quatre jours :

Lors d’une rencontre avec le P. Wissam Mansour, Directeur général des écoles jordaniennes, et lors de visites sur le terrain dans cinq écoles du LPJ, j’ai pris conscience de l’ampleur de notre soutien aux élèves irakiens et syriens qui ont été exclus de l’éducation officielle en Jordanie. Une quinzaine d’écoles du Patriarcat sont utilisées en dehors des heures de classe pour permettre de donner une éducation de qualité à des milliers de ces enfants oubliés. La joie sur le visage de certains d’entre eux alors qu’ils faisaient la queue pour monter dans l’autobus qui allait les ramener à la maison pendant que les enseignants leur distribuaient un repas simple m’a laissé sans voix !

Nos écoles ne sont pas seulement là pour les communautés locales, elles sont aussi très utiles en dehors des heures de classe.

En partageant une bière locale avec le P. Mario Cornioli lors d’une chaude après-midi d’été à la paroisse de Jabal Amman, ce dernier nous a fièrement donné un résumé des différents programmes qu’il met en œuvre en faveur de 126 réfugiés irakiens. Le P. Mario Cornioli a proposé d’utiliser les installations du Patriarcat à Jabal Amman et Anjara pour leur offrir, entre autres, des formations en fabrication de fromage italien, pizzas, vinification et confection de produits sur mesure. Non seulement ces jeunes réfugiés apprennent un métier, mais  grâce à cela, gagnent aussi de l’argent d’une manière digne. L’Eglise est bien vivante en soutenant les communautés de réfugiés en Jordanie !

La visite du chantier de construction de la nouvelle église de Jubeiha a été des plus gratifiantes, car les travaux avancent comme prévu et les ouvriers préparent le chantier pour le coulage du béton.  Ce devrait être la plus grande église de Jordanie proposant ainsi plus de 800 places assises. Où peut-on trouver d’autres endroits, où de nouvelles églises sont construites pour renforcer la foi et répondre aux besoins des communautés changeantes et croissantes dans notre Moyen-Orient troublé si ce n’est en Jordanie ? La construction devrait être achevée d’ici février 2020 et l’église inaugurée pendant les célébrations de Pâques.

L’atelier sur la restructuration administrative et financière, à laquelle ont participé plus de 80 comptables et chefs d’établissement de nos 25 écoles et 18 jardins d’enfants jordaniens, a marqué le début d’une nouvelle ère pour les écoles du Patriarcat. L’introduction de nouvelles procédures de fonctionnement et de logiciels éducatifs va permettre l’amélioration de la communication entre l’administration, les enseignants,  les parents et les élèves. Même si l’accompagnement au changement est parfois bien nécessaire, nous sommes déterminés à faire avancer nos écoles vers une nouvelle étape.

Lors de mon passage à Fuheis, l’un des camps d’été organisés par la paroisse et l’école était bien avancé. Là, les enfants qui nous ont été confiés ont été pris en charge par les Sœurs de Sainte-Anne qui s’efforcent assidûment, et de la manière la plus créative possible, de renforcer la foi de ces jeunes âmes. L’énergie positive que l’on ressent en regardant ces enfants et leurs animateurs était tout simplement contagieuse. Ce camp fait partie des 40 camps d’été (et même un peu plus)  actuellement en cours non seulement en Jordanie, mais aussi en Palestine et en Israël.

Mais ma visite n’a pas été seulement ponctuée de bonnes nouvelles, puisque dans cinq écoles visitées, j’ai pu constater des besoins urgents et importants, qu’il s’agisse du développement des infrastructures, du mobilier, du matériel ou de l’environnement propre et sûr des milliers d’enfants dont nous avons la charge. Ainsi, à ce stade, nous sommes en train de quantifier la totalité des besoins afin qu’un plan puisse être mis en place pour établir les priorités et répondre à tous ces besoins dans un avenir proche. Comme l’orientation générale du LPJ n’est pas de construire de nouvelles institutions, tous les efforts seront faits pour améliorer l’existant afin de favoriser toujours plus le bien-être des jeunes  et des personnels qui nous sont confiées.

Je vous souhaite à tous un été reposant, avec ma profonde gratitude envers tous les sympathisants qui rendent notre travail possible, et en particulier aux membres de l’Ordre Équestre du Saint-Sépulcre.

Sami El-Yousef

29 Juin 2019