Vivre le chemin de croix à Jérusalem

Par: lpj.org - Publié le: April 13 Wed, 2022

Vivre le chemin de croix à Jérusalem Available in the following languages:

JERUSALEM - Le chemin de croix est un acte de commémoration généralement observé pendant le Carême, et plus particulièrement pendant le Vendredi saint. Il se compose de 14 stations, chacune étant reliée à un moment spécifique de la Passion du Seigneur. Chaque station a sa propre particularité ; chacune a sa propre prière, son propre emplacement et sa propre histoire. Pendant le chemin de croix, les fidèles se déplacent d'une station à l'autre, se remémorant les événements qui ont commencé par la condamnation de Jésus et qui se termine par le dépôt de son corps dans le sépulcre.

Dans la vieille ville de Jérusalem, les chrétiens locaux ont différentes façons de célébrer le chemin de croix. Certains le font, d'autres non ; certains jeûnent, d'autres prient ; d'autres encore partagent un repas ensemble, avant ou après. En Terre sainte, c'est une tradition bien ancrée dans les mœurs, mais ici, à Jérusalem, c'est une expérience à la fois spirituelle et physique, puisqu'on marche littéralement dans les pas du Christ, du début de la Via Dolorosa jusqu'au Saint-Sépulcre.

"Depuis que je suis petite, j'ai toujours eu une relation très forte avec Dieu", raconte Nadine, 32 ans. Après son mariage, elle a quitté Jérusalem pour s'installer à Nazareth, en Palestine. "J'ai toujours jeûné, toujours prié, toujours gardé Dieu à l'esprit, sachant qu'il me protégeait. Ce que je ressens à l'égard du carême est difficile à expliquer ; c’est un temps pendant lequel je me sens spirituellement plus proche de Dieu, et ce plus ou moins selon mon assiduité à le suivre et le respecter. C’est particulièrement vrai pendant le Vendredi saint. J'ai l'impression que le lien entre Dieu et moi est beaucoup plus étroit sur le plan spirituel.

Nos traditions pendant le Carême sont simples. En famille, nous jeûnons pendant 40 jours ; le vendredi, mon frère achète du pain Ka'ek, des falafels et du houmous, et nous partageons un petit-déjeuner palestinien traditionnel avec toute la famille. Nous invitons parfois des amis à la maison et, le dimanche des Rameaux, nous sortons pour déjeuner ensemble.

Quant au chemin de croix, je le suis depuis l'âge de 13 ans... Et j’en ai maintenant 32 ! Cela fait donc 19 ans que je célèbre ça chaque année. Je n’en ai jamais raté un seul, et j’espère continuer ainsi. 

Généralement, je me rends au chemin de croix avec des amis, le mercredi ou le vendredi du carême, et nous allons ensuite prendre le petit-déjeuner ensemble. J'en apprécie chaque seconde ; je prie Dieu à cœur ouvert et je me consacre à Lui pendant ce temps."

Samar, une mère de famille qui vit à Jérusalem, a connu l'expérience spirituelle du chemin de croix plus tard dans sa vie. "Quand j'étais jeune, il y a vingt ou trente ans, je n'étais pas aussi proche de Dieu qu’aujourd'hui. Je ne jeûnais jamais ; je voyais ça comme une perte de temps et d’énergie. J'avais tort, mais je ne l'ai compris que plus tard, lors d'une retraite spirituelle qui m'a fait prendre conscience que je devais consacrer plus de temps et faire plus d'efforts pour me rapprocher de Dieu. Depuis lors, pendant le carême, je prie tous les jours, je jeûne pendant 39 jours, et je vais à l'église tous les vendredis et dimanches. Ça m'a aidé à penser de manière plus positive et ça a vraiment amélioré mon quotidien, tant sur le plan mental que spirituel.

Si ma famille et moi jeûnons pendant 39 jours, c'est en raison d’une tradition bien spécifique. J'habite près de la Porte des Lions, dans la vieille ville, où, pendant le dimanche des Rameaux, tous les scouts se réunissent pour la procession. Ce jour-là, pour fêter cet évènement, ma sœur et moi préparons des plats traditionnels palestiniens : des courgettes farcies, des feuilles de vigne remplies de viande, des intestins et du ventre de mouton, etc. Nous sautons donc un jour de carême en raison de cette tradition spécifique, qui se transmet dans ma famille depuis des générations.

Pendant le chemin de croix, je retrouve mes amis d’enfance le vendredi, et nous portons la croix de la première à la dernière station, à l'intérieur du Saint-Sépulcre. Cela fait maintenant cinq ans que nous faisons ça. Avant, je me contentais d’aller au Saint-Sépulcre pour prier, mais ensuite, mes amis et moi-même avons voulu faire quelque chose de différent. Cela fait maintenant six ans que nous commémorons la Passion du Christ de cette façon, et j'espère que nous continuerons pendant longtemps."

Interviews et photos : George Musara.