Rendre sa lumière à Gaza : le projet du Patriarcat latin

Publié le: July 26 Thu, 2018

Rendre sa lumière à Gaza : le projet du Patriarcat latin Available in the following languages:

GAZA – En proie à un blocus d’Israël depuis plus de dix ans, les Gazaouis tentent de vivre malgré la situation économique difficile, les restrictions d’accès à l’eau potable et le faible approvisionnement en matières de première nécessité, surtout en énergie. Pour combler le manque en électricité, ils commencent à se tourner vers les énergies solaires, en plein boom dans une région qui jouit d’un fort ensoleillement, en moyenne trois cent vingt jours par an.

Trois à quatre heures par jour, c’est en moyenne le temps d’électricité dont disposent 1,6 millions de Palestiniens qui vivent dans la bande de Gaza. Il existe trois sources d’alimentation à Gaza – l’électricité israélienne, égyptienne et la centrale électrique locale – mais elles fournissent moins de la moitié des besoins en électricité de la population, aboutissant à un déficit en électricité continu. Ce à quoi il faut ajouter les coupures de courant quotidiennes qui durent plus de quinze heures par jour et affectent indistinctement les hôpitaux, les écoles ou encore les usines de traitement des eaux. Sans électricité, le milieu scolaire est particulièrement touché – surtout en hiver. Outre des températures très froides dans les salles de classe, les professeurs enseignent dans le noir, les élèves ne peuvent pas lire et doivent faire leurs devoirs à la bougie. Les élèves des écoles chrétiennes ne sont pas toujours épargnés.

Face à cette pénurie persistante, l’énergie solaire apparaît comme une alternative pertinente, en dépit du coût de son installation. C’est pourquoi le Patriarcat latin a décidé d’investir et d’améliorer l’approvisionnement en énergie du terrain El-Zaitoun. Il promeut un système de panneaux solaires qui permette de stocker l’énergie solaire en batteries et de l’utiliser lors des pannes de courant. Ce système solaire remplace l’énergie en provenance du réseau quand le soleil brille et va jusqu’à fournir le réseau en électricité superflue. C’est donc un dispositif idéal pour Gaza où le courant saute jusqu’à vingt heures par jour et où le réseau électrique n’est pas toujours accessible.

En réalité, il s’agit moins d’une innovation que d’une amélioration d’un système installé par le Patriarcat latin en 2016. Un système photovoltaïque d’une puissance 100 KWP avait alors été mis en place. Il comprenait entre autres l’ajustement de tous les tableaux de distribution du courant, l’installation de zones d’ombre pour les convertisseurs d’énergie, l’excavation pour installer tuyaux et câbles souterrains. L’énergie créée pouvait ensuite être utilisée ou vendue à d’autres bénéficiaires. Cela a permis de faire baisser les factures d’électricité et de réduire le coût environnemental. Malheureusement, ce système ne fonctionnait que sur réseau et n’était donc d’aucune utilité en cas de panne de courant. C’est pourquoi le Patriarcat latin a choisi d’améliorer ce dispositif et de le faire fonctionner à toute heure du jour et de la nuit.

Ce projet fait partie d’un plan global du Patriarcat pour les chrétiens de Gaza. Il permettra une amélioration des conditions de vie des élèves et des paroissiens, ainsi que des deux communautés de religieuses qui vivent à El-Zaitoun. Savoir que l’électricité fonctionne de manière pérenne crée pour eux un îlot de certitude dans une région sujette aux coupures de courant et aux baisses de tension. Ce projet se situe également dans le cadre de l’Initiative solaire pour la Palestine qui vise à ce que 10% de l’électricité provienne d’énergies renouvelables d’ici 2020. Il contribue aussi à promouvoir une énergie propre.

Vinciane J.