Histoire de la co-cathédrale

En 1847, le pape Pie IX rétablit le Patriarcat latin de Jérusalem et choisit Mgr Giuseppe Valerga comme premier Patriarche. La Palestine est alors sous l'autorité ottomane, tandis que la reine Victoria règne sur l'empire de Grande-Bretagne, Napoléon est empereur de France, et les graines de la Guerre de Sécession commencent à germer aux Etats-Unis.

Au début des années 1860, Mgr Valerga entreprend des démarches pour obtenir un terrain en vue de la construction d'une co-cathédrale au service du siège du Patriarcat, pour le diocèse de Jérusalem. Le terrain, situé dans la vieille ville de Jérusalem, est acheté au Patriarcat grec orthodoxe. La construction commence en 1862. Entre 1862 et 1872, ce projet est l'une des principales préoccupations de Mgr Valerga et, le 11 février 1872, il préside la cérémonie de consécration de la nouvelle église.

Malgré la solidité de ses fondations, la co-cathédrale subit d'importants dommages structurels lors du violent tremblement de terre qui a frappé Jérusalem le 11 juillet 1927. D'importantes réparations sont alors nécessaires pour rétablir sa stabilité structurelle.

Un autre incident se produit pendant la guerre israélo-arabe de 1948-1949. Des explosions de mines brisent les vitraux et des mortiers détruisent les tuiles du toit. En conséquence, des dommages importants sont causés par la pluie aux peintures des saints, situées sur le plafond voûté de l'église.

Des fenêtres de remplacement temporaires sont installées par le Pr. Willibod et le Fr.  Paulinas, du monastère trappiste de Latroun. Toutefois, une restauration complète est nécessaire. Ainsi, en 1984, Mgr Beltritti, alors Patriarche latin de Jérusalem, fait appel au Dr Arnold Wolf, un architecte allemand, pour planifier et diriger la restauration. L'objectif précis fixé par le Patriarche est de restaurer autant que possible l'église telle que Mgr Valerga, son créateur, l'a conçue.

Les activités de restauration commencent en 1986 et s'achèvent en 1988. Comme prévu, la co-cathédrale est restaurée selon la vision de Mgr Valerga. Le Dr Wolf fait appel à des artisans experts pour l'aider dans la restauration ; le spécialiste allemand George Maul et son assistante Yasmine Becker sont ainsi chargés de restaurer le plafond et les peintures murales de Vincenzo Pacelli de 1869-1870. Le Dr Wolf ne souhaitant pas que le plafond voûté bleu soit repeint, il demande à ses assistants de le laver soigneusement à la main, afin de préserver sa beauté. La restauration du maître-autel est réalisée sous la direction de M. Reifdorfen, et de Mounir Hodaly, un artisan palestinien, qui réussit à restaurer la dorure de l'autel. La restauration du maître-autel comprend également une "capsule temporelle", contenant des copies de journaux et des signatures de personnalités de l'époque. 

Le sol de l'église a été refait en marbre blanc, avec des inserts en marbre noir entre les pierres.

Un plus petit autel avec une table et des colonnes faites de pierres rouges locales, avec des ornements artistiques, a été placé près de l'autel principal. Il a été offert à l'église par le Comte allemand von Metternich.

Tout au long de son histoire, la co-cathédrale a été le lieu de services liturgiques mémorables, de cérémonies religieuses et de visites de dignitaires. Récemment, elle a été bénie et honorée par les visites du Pape Paul VI en 1964, et du Pape Jean-Paul II lors de sa visite historique en Terre Sainte, au cours de l'année du Grand Jubilé (2000). Des plaques commémorant ces événements importants sont affichées à l'extérieur de la co-cathédrale. 

Les visites du Pape Paul VI et du Pape Jean-Paul II ont été suivies d'une messe pontificale offerte par le Cardinal Roger Etchogaray en mai 2002. Après la tragédie du 11 septembre 2001 à New York et Washington, Mgr Sabbah a célébré une Messe du Souvenir dans la co-cathédrale pour les personnes décédées.