Un nouveau terrain de sport et de jeu pour l’école du Patriarcat latin de Naour en Jordanie

Publié le: May 28 Tue, 2019

Un nouveau terrain de sport et de jeu pour l’école du Patriarcat latin de Naour en Jordanie Available in the following languages:

JORDANIE – L’école du Patriarcat latin de Naour se réjouit depuis ce début d’année des nouvelles infrastructures sportives mises en place grâce aux dons de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre. Cette initiative a vu le jour pour permettre aux élèves de s’épanouir au sein de l’établissement et de rendre l’enseignement plus vivant et convivial.

“Le sport est une activité humaine de grande valeur, capable d’enrichir la vie des gens !” (Pape François)

 

Naour est une petite ville de 50 000 habitants au Sud-Ouest d’Amman vivant de l’agriculture et du commerce. Initialement, la paroisse et l’école ont été bâtit en 1924, l’école fut par la suite déplacée à deux reprises, en 1954 et quarante ans plus tard, lieu où elle se trouve actuellement.

L’école possède aujourd’hui huit salles de classes dont profite 350 élèves du primaire à la maternelle. Il y a de plus trois laboratoires possédant des ordinateurs, un petit équipement scientifique ainsi que quelques livres.

Les travaux des nouvelles infrastructures sportives, dont la réalisation a été rendue possible grâce à la générosité des chevaliers de l’Ordre équestre du Saint Sépulcre de la Lieutenance de Belgique, ont été gérés et supervisés par le service d’ingénierie du Patriarcat latin.

Ce projet fait partie intégrante d’un projet d’avenir pour l’école du Patriarcat latin de Naour qui serait celui d’ouvrir un grand lycée qui s’étendrait jusqu’à la 12ème année (équivalent de la Terminale française). La mise en œuvre de ce plan a commencé en 2010, après avoir  fait une réhabilitation complète des bâtiments. En 2017, un étage supplémentaire pour les 9e et 10e années a vu le jour. Grâce à la création de l’aire de sports et de loisirs, le plan de réhabilitation de l’école avance à grands pas, ce qui profite directement aux élèves et à l’évolution de leurs besoins.

Irénée Julien-Laferrière

Before

 

 

After