SAINT SIEGE / PALESTINE – Le Pape François a reçu samedi 14 janvier 2017 le Président palestinien Mahmoud Abbas. Ils se sont entretenus pendant une vingtaine de minutes sur le processus de paix au Proche-Orient et sur l’espoir d’une reprise du dialogue israélo-palestinien afin de mettre un terme aux violences à l’origine de souffrances inacceptables pour la population civile. Mahmoud Abbas a offert au Pape une pierre du Golgotha, venant de l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem.

Le communiqué du Saint-Siège, publié à l’issu de l’entretien, souligne la nécessité de trouver une « solution juste et durable ». Il souhaite qu’avec le soutien de la communauté internationale, il soit possible de « créer un climat favorable pour prendre des décisions courageuses en faveur de la paix ». Au cours de l’entretien, l’accent a également été mis sur l’importance de préserver les lieux saints pour les croyants juifs, chrétiens et musulmans. Après sa rencontre avec le Saint-Père, Mahmoud Abbas a rencontré le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, et le chef de la diplomatie vaticane, Mgr Paul Gallagher.

 

Traduction du texte intégral du communiqué du Saint Siège, publié le 14 janvier 2017

Ce matin, le pape François a reçu en audience Mahmoud Abbas, Président de la Palestine, qui a ensuite rencontré le Cardinal et Secrétaire d’État Pietro Parolin accompagné de Mgr Paul Richard Gallagher, Secrétaire pour les Relations avec les Etats.

Au cours de discussions cordiales, les parties ont évoqué les bonnes relations existantes entre le Saint Siège et la Palestine, scellées par l’accord global de 2015, qui traite des aspects essentiels de la vie et de l’activité de l’Église dans la société palestinienne. Dans ce contexte, a été mentionnée l’importante contribution des catholiques à la promotion de la dignité humaine et de l’assistance aux plus démunis, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’aide humanitaire. 

L’attention s’est ensuite portée sur le processus de paix au Moyen-Orient et sur l’espérance de voir la reprise de négociations directes entre les différentes parties pour mettre fin aux violences qui causent des souffrances inacceptables aux populations civiles et pour trouver une solution juste et durable. À cette fin, règne l’espoir qu’avec le soutien de la communauté internationale, des mesures puissent être prises pour favoriser la confiance mutuelle et contribuer à créer un climat qui permette des décisions courageuses en faveur de la paix. L’accent a été porté sur l’importance de la sauvegarde de la sainteté des lieux saints pour les fidèles des trois religions abrahamiques. Enfin, une attention particulière a été consacrée aux autres conflits touchant la région.

 

Inauguration de l’ambassade de Palestine près le Saint Siège

Cette visite de Mahmoud Abbas intervient à l’occasion de l’inauguration à Rome de l’ambassade de Palestine près le Saint Siège et un an après l’entrée en vigueur de l’accord bilatéral entre le Saint-Siège et l’État de Palestine. Au moment du paraphe en juin 2015, l’accord avait été présenté par Mgr Gallagher comme « un bon exemple de dialogue et de collaboration» entre chrétiens et musulmans dans « le contexte compliqué du Proche-Orient où, dans certains pays, les chrétiens ont souffert de persécutions ».

Le chef de la diplomatie Vaticane souhaitait même que cet accord puisse être une stimulation pour mettre un terme définitif au conflit israélo-palestinien, prônant la solution des deux États. Le pape François a encore défendu cette solution lundi 9 janvier. A l’occasion des vœux au corps diplomatique, il a encouragé la reprise du dialogue pour « la coexistence pacifique de deux États à l’intérieur de frontières reconnues internationalement ».

 

La rédaction avec Radio Vatican 

Photos : ©Thaer Ghanayem

image_print
Designed and Powered by YH Design Studios - www.yh-designstudios.com © 2017 All Rights Reserved
X