JERUSALEM – Du 21 au 29 janvier 2017, les chrétiens de Jérusalem se sont retrouvés lors de prières communes, manifestant leur volonté de se rassembler autour du Christ. Ainsi tous les jours, une église de la Ville Sainte a accueilli les fidèles et les représentants de chaque confession et de chaque rite.

 

Cette année encore, nombreux sont les fidèles de Terre Sainte qui ont répondu présent à l’appel de l’unité. A Jérusalem, la semaine de prière pour l’unité des chrétiens commence traditionnellement après le 19 janvier, la fête de Noël pour l’Eglise arménienne, soit quelques jours après la semaine officielle, symboliquement établie du 18 janvier, autrefois fête de la Chaire de Pierre à Rome, au 25 janvier, fête de la conversion de saint Paul.

Cette tradition remonte au siècle dernier, quand en 1908, le prêtre Paul Wattson a voulu réunir les chrétiens américains autour du Saint Siège catholique de Rome lors d’une « octave » de prière. Vers les années 1930, à Lyon « l’octave » est devenue  « semaine », selon le souhait de l’abbé Paul Couturier de rendre l’initiative accessible à tous les chrétiens, et non seulement aux catholiques.

Comme le communiqué du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens le précise : « L’amour du Christ nous presse de prier mais nous demande aussi d’aller au-delà de la simple prière pour l’unité des chrétiens. Les communautés et les Églises ont besoin du don de la réconciliation de Dieu qui est source de vie ». Ce Conseil pontifical, avec le Conseil œcuménique des Eglises est à l’origine d’une commission internationale et interconfessionnelle qui se réunit chaque année afin de préparer la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, en choisissant à chaque fois un nouveau thème, souvent tiré d’un verset de la Bible, les textes de l’Ecriture et les prières de la semaine.

Cette année, c’est l’urgence de la réconciliation qui a été placée au cœur de cette semaine avec le thème : « Nous réconcilier : L’amour du Christ nous y presse » (cf. 2 Co 5, 14-20).  Pour les protestants, 2017 marque le 500ème anniversaire de la Réforme, qui a suivi la publication des 95 thèses de Luther. Ce mouvement réformateur déterminant a profondément marqué l’Eglise d’Occident. Lors de la prière, qui s’est déroulée à l’église luthérienne du Rédempteur, le nouvel évêque de Jérusalem, Ibrahim Azar était accompagné de l’évêque Munib Yunan, président de la fédération luthérienne mondiale, qui n’a pas manqué dans son homélie en s’appuyant sur le passage biblique de la conversion de St Paul (Ac 9, 1-19) d’appeler à l’unité, surtout ici à Jérusalem.

A Jérusalem « ville de la paix » déchirée par les violences et les divisions, cette semaine de prière revêt une importance unique. Cette ville témoin de la mort et de la résurrection du Christ est une mosaïque des différentes confessions chrétiennes. Du Saint-Sépulcre à l’église grecque catholique de l’Annonciation, en passant par la cathédrale anglicane Saint-Georges, la cathédrale arménienne Saint-Jacques, l’église luthérienne du Rédempteur, l’église paroissiale latine Saint-Sauveur, le Cénacle, l’église copte orthodoxe Saint-Antoine et l’église éthiopienne orthodoxe, les chrétiens ont pu vivre des moments forts de réconciliation.  Chaque église a reçu les croyants selon son rite, avec ses chants traditionnels propres : chœur d’hommes arméniens, airs latins des franciscains, prestation d’une soprano, chorale byzantine, chants arabes, etc.

Au cœur de chaque célébration, l’échange de la Paix. D’autres gestes symboliques sont également venus ponctuer les différentes célébrations : à la Cathédrale anglicane Saint-Georges par exemple, le renouvellement des vœux baptismaux et l’illumination des cierges, lumière que les fidèles ont reçue des mains des évêques présents.

La récitation du Notre Père, chacun dans sa propre langue, a également porté chacune des huit prières. Ainsi unis dans leurs diversités, les croyants ont exprimés leur attachement à Jésus Christ, « notre espérance et notre joie », comme le disait la prière universelle récitée dans l’église paroissiale latine Saint-Sauveur, en arabe, italien, anglais, français, allemand, espagnol, et hébreu. Après les célébrations, les fidèles étaient également invités à poursuivre ce partage fraternel autour d’un verre de l’amitié, accompagné de pain et de vin.

La semaine de prière s’est achevée chez les grecs-catholiques dimanche 29 janvier. L’évêque melkite Mgr Joseph-Jules Zerey a exhorté les fidèles à continuer inlassablement d’œuvrer pour l’unité : « que la réconciliation et l’unité entre nous forment une source d’eau vivifiante, qui se transforme en fleuve d’eau douce qui désaltère le monde assoiffé de la foi au Dieu vivant ! »

Marie Rougevin-Bâville

Photo de couverture : © Nadim Asfour

Les photos de la semaine :

Samedi 21 janvier : Saint-Sépulcre, Calvaire et Anastasis – Office orthodoxe d’Apodeipnon (Complies). © Nadim Asfour

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Dimanche 22 janvier : Cathédrale anglicane Saint-Georges © Nadim Asfour

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Lundi 23 janvier : Cathédrale arménienne Saint-Jacques © LPJ

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Mardi 24 janvier : Eglise luthérienne du Rédempteur © LPJ

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Mercredi 25 janvier : Eglise paroissiale latine Saint-Sauveur © LPJ

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Vendredi 27 janvier : Eglise copte orthodoxe Saint-Antoine © LPJ

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Samedi 28 janvier : Eglise éthiopienne orthodoxe © Nadim Asfour

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Dimanche 29 janvier : Eglise grecque catholique de l’Annonciation © LPJ

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar
image_print
Designed and Powered by YH Design Studios - www.yh-designstudios.com © 2017 All Rights Reserved
X